La légende du Gal de gauchin

Publié le Mis à jour le

Gal de gauchin

Sur la place du village,  près de l’église ( du XVIéme, à visiter !),   un grès  presque rond est attaché par une solide chaîne à une pierre scellée dans le sol . La légende raconte que ce grés va frapper , certaines nuits, à la porte des maris trompés. C’est pour cette raison, qu’un officier américain Henry Seldon Bacon, en 1925, (célibataire, dit on) l’a solidement fait  enchaînée.

On ne connaît  pas exactement l’origine de cette pierre de 132 Kg. Selon les légendes, ce serait le diable, qui en voulant tracer la chaussée Brunehaut , aurait fait rouler une pierre ronde du haut de la cathédrale de Thérouane vers Arras. Cette pierre se serait arrêtée à Gauchin. Il s’agit probablement d’une sorte de « boulet » où l’on attachait les personnes ayant commis un vol ou un crime, afin de les exposer sur la place public. Quoiqu’il en soit,  le gal  conserve toujours sa réputation. On raconte qu’il voyagea beaucoup pendant la guerre 1914/18 , lors de la présence dans la région des soldats anglais et américains.

Mais depuis qu’il est enchaîné, la paix est revenue dans les chaumières et  les femmes de Gauchin sont des plus fidèles.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La légende du Gal de gauchin »

    fanfan la rêveuse a dit:
    mars 18, 2014 à 7:40

    🙂 Zut alors !
    Pas très discret ce grès, il aurait fallu lui expliquer l’art de la délicatesse au lieu de l’enchainer 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.