La danse des cercueils

Publié le Mis à jour le

Marko Palm

Arensburg est une petite ville dans l’île d’Oesel, à l’entrée du golfe de Riga, dans la Baltique, et son Arensburg fut le théâtre d’une époustouflante danse des cercueils en 1844.

Cela se traduisit d’abord par la panique des chevaux que leurs propriétaires laissaient attachés ou non, près du caveau de la famille Buxhoewden. Des villageois entendirent aussi des bruits étranges aux environs de ce même caveau. Les rumeurs s’amplifiant, la famille le fit ouvrir et découvrit, à sa grande surprise, que tous les cercueils étaient empilés au centre. On les examina: aucun ne paraissait avoir été ouvert. On les remit chacun dans son alvéole respectif. Et l’on referma la porte avec précaution, en ayant soin de placer des sceaux de plomb.

Le calme revint, mais pas pour longtemps: quelques semaines plus tard, il y eut de nouveau des chevaux fous de terreur, et une scène de panique s’ensuivit.

Peu après, à l’occasion d’un décès chez les Buxhoewden, on rouvrit la tombe et l’on se retrouva en présence du même désordre que la première fois. C’était même pire: les cercueils étaient empilés les uns sur les autres, certains à l’envers ! Nouvelle remise en ordre, nouvelle fermeture, nouveaux scellés ! Trois jours après, tout était, encore une fois, en désordre: les cercueils se retrouvaient amassés au centre de la salle.

Cette fois, il y avait un témoin, réclamé par la famille: le baron de Gulsenstubbe. De nouveau, remise en bon ordre, et installation d’un garde devant le caveau, en attendant l’arrivée de l’évêque et de deux médecins qui vinrent dès le lendemain et ne purent que constater le désordre le plus fou. On en profita pour vérifier si les cercueils n’avaient pas été ouverts: les corps n’avaient pas été touchés. Les bijoux même étaient à leur place.

Y aurait-il une autre entrée secrète ? On creusa le sol, on sonda les murs et l’on ne trouva rien de suspect. Pour la quatrième fois, on replaça chaque bière dans sa propre alvéole, on referma et scella la porte, non sans avoir, auparavant, mis une fine couche de cendre de bois à l’intérieur, puis à l’extérieur.

Des soldats armés montèrent la garde sans interruption pendant soixante-douze heures, se relayant. Au bout de ce temps, la commission d’enquête revint. Les gardes affirmèrent n’avoir rien vu, ni entendu d’anormal. Scellés et cendres étaient intactes. On rouvrit: cette fois, tous les cercueils étaient debout, la tête en bas, amassés au fond du caveau. Une seule solution: transporter les cercueils ailleurs. On démolit le caveau hanté: tout rentra dans l’ordre.

Arensburg n’est pas le seul endroit où l’on joue aux quilles avec les cercueils. On en cite quelques autres, notamment dans l’île de la Barbade, aux Antilles, où le caveau d’une certaine famille Chase a vu, au début du siècle dernier, ses cercueils violemment bousculés et déplacés, comme ceux des Buxhoewden. Enquête similaire, précautions similaires (sable fin par terre et scellés), désordre similaire, et abandon similaire de caveau hanté ! Et pas plus d’explication plausible …

« Maisons et lieux hantés. » Danielle Hemmert & Alex Roudene. Editions Vernoy, 1980
Publicités

6 réflexions au sujet de « La danse des cercueils »

    stgib a dit:
    avril 20, 2014 à 11:46

    Une histoire à se raconter le soir auprès du feu, pour un peu on entend presque la jambe de bois qui racle dans l’escalier… 🙂

    Aimé par 2 people

    gavroche60 a répondu:
    avril 20, 2014 à 12:00

    Effectivement ! 😉

    Aimé par 1 personne

    Eliane a dit:
    avril 20, 2014 à 12:38

    C’est le genre d’histoire que j’adore lire à 2 heures du matin, frisson garanti !! mais bon, les fantômes restent un sujet tabou pour beaucoup et c’est bien dommage car ils sont là autour de nous, seul les sensibles s’en aperçoivent où en sont les témoins et pour les autres, c’est du fake ! GRRR

    Aimé par 1 personne

    gavroche60 a répondu:
    avril 20, 2014 à 12:52

    C’est bien dommage (pour les sceptiques professionnels) de ne plus s’émerveiller de rien …

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    avril 20, 2014 à 4:07

    Très interpellant, c’est bien la première fois que je lis une telle chose.
    C’est ce qu’on appelle avoir la bougeotte; lol !!
    Cette famille avait-elle un goût prononcer pour la fête et la danse ? !

    Aimé par 1 personne

      gavroche60 a répondu:
      avril 20, 2014 à 6:12

      L’histoire (similaire) de la Famille Chase est par contre très connue .

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s