Sylvestre II, un pape diabolique

Sylvestre-II

On a peu d’information sur le début de la vie de Gerbert jusqu’à son entrée possible comme oblat, à l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac. Gerbert d’Aurillac serait né entre 945 et 950 à Belliac, un hameau situé aujourd’hui dans la commune de Saint-Simon, dans le sud de l’Auvergne.

Né en Auvergne dans une famille paysanne, Gerbert est élevé par des moines d’Aurillac avant d’embrasser lui-même l’état monastique. Distingué pour son aptitude à l’étude par le comte de Barcelone, il le suit en Catalogne où, auprès de professeurs notamment arabes, il apprend la musique, la géographie, l’astronomie, la médecine et les mathématiques (il en écrira plusieurs traités), sciences peu étudiées dans l’Occident chrétien.

On l’accusera de « diablerie » tant il est savant. C’est aussi un diplomate, quand, à ses heures perdues, il ne bricole pas des orgues, des machines hydrauliques, des automates et des globes célestes: il favorise l’élection d’Hugues Capet au trône de France; il est le conseiller de son fils, Robert le Pieux, tout comme celui d’Othon II et d’Othon III, empereurs d’Allemagne. Elu pape en 999, il s’attaque à la simonie et au népotisme, appelle au célibat des ecclésiastiques, impose aux féodaux la « trêve de Dieu ». Chassé de Rome par une révolte, il peut y revenir pour y mourir le 12 mai 1003.

Une légende, entretenue par les Romains qui détestent ce pape « étranger », a fait de lui un alchimiste, voire un sorcier (ses trois évêchés commencent par la même lettre, ce qui serait un signe !). Il aurait vendu son âme au diable pour avoir accès au savoir, alors qu’il étudiait en Espagne, chez le Maure, lui aussi catholique …

Les figures mathématiques qu’il étudiait le firent passer, aux yeux des ignorants (il y en avait beaucoup dans l’entourage des papes d’alors), pour un nécromancien faisant des incantations sur un grimoire. Ayant vendu son âme au diable pour devenir pape, il reçut la promesse de ce dernier qu’il ne mourrait qu’à Jérusalem, où Gerbert se promit de ne jamais aller. Mais un jour qu’il disait la messe dans une église de Rome, il se sentit gravement malade, et se souvenant que la chapelle où il officiait se nommait la Sainte-Croix-de-Jérusalem, il comprit que c’en était fait de lui.

Il se fit disposer un lit dans cette chapelle et, appelant autour de lui ses cardinaux, il se confessa, avouant avoir eu commerce avec les démons, puis il commanda qu’après sa mort son corps, coupé en quatre morceaux, soit mis sur un chariot de bois neuf attelé à deux chevaux vierges, l’un blanc et l’autre noir. On lancerait ces chevaux sans les conduire et on enterrerait son corps où les chevaux s’arrêteraient. Ainsi fut fait. Le chariot courut à travers Rome et s’arrêta devant l’église de Latran. On entendit alors de grands cris et de grands gémissement, puis tout devint silencieux et l’on put procéder à l’inhumation.

Depuis, son tombeau prédit la mort des papes qui lui ont succédé: lorsqu’un pontife va mourir, on entend les os de Sylvestre II s’entrechoquer au fond de sa tombe, dont la pierre se couvre d’une humidité glacée, comme une sueur froide …

« .Dictionnaire du diable, des démons et sorciers »  . Pierre Ripert. SDL Editions, 2010.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s