L’abbaye hantée de Mortemer

Publié le Mis à jour le

Abbaye-de-Mortemer

Abbaye de Mortemer, Lisors, Normandie. photo: Pline

Pour rencontrer le fantôme de Mathilde, venez plutôt une nuit de pleine lune au mois d’août. Peut-être surprendrez-vous une ombre, un frôlement en flânant le long des ruines. Les portes du surnaturel sont ouvertes à l’abbaye de Mortemer.

Au cœur de la forêt de Lyons, à l’écart de tout, nichée dans la vallée du Fouillebroc, l’abbaye de Mortemer, en ruine, semble être le royaume et de Dieu et de Satan. Son nom, Mortum Mare, pèse déjà lourdement sur ses terres. Dès sa fondation, au XIIe siècle, l’abbaye fut placée sous le signe des quatre éléments : l’eau, car elle est construite sur un marécage; la terre, dont elle doit tirer sa subsistance; le feu, qui s’empare périodiquement de sa forêt; et l’air, puisqu’elle est dédiée au ciel. Affiliée à l’ordre cistercien, elle vivait en totale autarcie. Elle périclita au siècle des Lumières et, sous la Révolution, les quatre moines restants furent massacrés dans le cellier.

Abbaye-de-Mortemer
photo: Jardino

C’est là que la légende rejoint l’Histoire et que l’abbaye a commencé à avoir la sulfureuse réputation d’abriter des fantômes. Tout commença à la fin du XIXe siècle, à l’époque ou l’abbaye était encore habitée, par le témoignage de Mme de H., la fille d’un bourgeois parisien, M. Delarue, qui entendit des bruits insolites dans sa chambre (la chambre rose) et qui éprouva la curieuse sensation d’être observée. Une autre nuit, la fiancée de Charles Delarue, le fils, déclara avoir passé la pire nuit de sa vie, avec les pincettes de la cheminée à la main, sans avoir fermé l’œil, tant elle s’était sentie angoissée dans cette chambre à entendre des coups sourds dans les murs et à sentir une présence invisible terrifiante rôder autour de son lit.

On peut en rire. Toujours est-il que la famille Delarue fit exorciser l’abbaye en 1921, mais les témoignages s’accumulèrent tout au long du XXe siècle, attestant que l’abbaye était le siège de phénomènes surnaturels.

Ruines de l’abbatiale. photo: Tango7174

Ainsi, pendant la Première Guerre mondiale, des officiers anglais qui logeaient dans le cellier de l’abbaye surprirent comme des moines vêtus de coules. Voleurs, silhouettes surgies du passé, jeux de brumes sur les étangs ? En 1965, un ouvrier agricole qui travaillait dans l’abbaye et qui couchait dans une chambre du sous-sol entendit toutes les nuits de son séjour, entre onze heures du soir et cinq heures du matin, marcher dans le couloir de l’étage du dessus.  

Abbaye-de-Mortemer
F. Benoist, 1852

Pour expliquer ces phénomènes étranges, la rumeur locale laisse entendre que le fantôme de l’abbaye est celui de Mathilde, « emmurée », isolée au XIIe siècle par son père qui lui reprochait d’avoir une vie dissolue. Aujourd’hui, Mathilde, la Dame blanche, rôde dans les ruines de l’abbaye et autour des étangs environnants, en compagnie de moines paillards, formant avec ces derniers une impressionnante compagnie de spectres …

« A la découverte de la France mystérieuse. »   Sélection du Reader’s Digest.
Publicités

Une réflexion au sujet de « L’abbaye hantée de Mortemer »

    Maître Renard a dit:
    décembre 17, 2016 à 8:50

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s