Saint-Jean-du-Doigt

Saint-Jean-du-Doigt
Photo: Moreau.henri

La paroisse doit ce nom insolite et sa célébrité à une phalange d’index, conservée dans le trésor de l’église depuis 1437, et qu’on dit être de Saint Jean-Baptiste lui-même. Cet osselet voisine avec le crâne de saint Mériadec et une relique de saint Modez.

Le doigt de saint-Jean-Baptiste

Le doigt sacré guérit les maux des yeux. Comme son imposition n’est pas chose courante, les malades se contentent le plus souvent de se laver le visage à la fontaine, appelée prosaïquement la Pompe, et formée de vasques superposées; elle est ornée de personnages: le Père Eternel, le Christ, saint-Jean-Baptiste et de petits anges par la bouche desquels l’eau s’échappe. Pour la rendre efficace, le clergé y plonge la phalange plusieurs fois par an. Ainsi est obtenue la miraculeuse Eau du Doigt, aux propriétés thérapeutiques célèbres dans toute la région.

Le pardon à lieu les 23 et 24 juin. Autrefois, le soir du 23, à l’issue de la procession des reliques, un mécanisme faisait descendre du clocher un ange muni d’une torche enflammée, avec laquelle il embrasait les fagots du traditionnel feu de joie du solstice d’été; un usage du même genre s’est transmis dans le Morbihan, à Pluvigner, et à la chapelle Saint-Nicodème en Pluméliau.

Fontaine-et-calvaire-Saint-Jean-du-Doigt
Fontaine et calvaire, Saint-Jean-du-Doigt

Le pied de la reine

Alors qu’elle se trouvait à Morlaix, la duchesse Anne commença à souffrir d’une infection périoculaire. Elle demanda qu’on lui fit apporter le doigt miraculeux. Mais le bon saint Jean estima sans doute que c’était à la reine de se déplacer. A peine le brancard du reliquaire eut-il franchi la porte monumentale de l’enclos paroissial qu’il chut des épaules des porteurs et se brisa: la relique avait disparu. On la retrouva en fin de compte dans l’armoire où elle était habituellement rangée: elle y était revenue toute seule !

Avisée du prodige, la reine consentit à se déplacer en personne à Saint-Jean-du-Doigt. Elle monta en voiture, mais arrivée à Lann Festour, à peu près en face du château de Traon Feunteuniou, elle décida de continuer la route à pied. La roche où elle posa son pied lorsqu’elle descendit de voiture en garda l’empreinte. On peut encore la voir sur l’une des marches qui supportent une croix de pierre, Kroaz ar rouanez, la « croix de la Reine » (à 6 km environ de Morlaix, dans la direction de Saint-Jean, sur le côté gauche de la route).

« Guide de la Bretagne mystérieuse. » Pocket, 1976.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s