D’effrayants chiens noirs …

chien-noir

Il existe dans le folklore anglais un nombre considérable de légendes mettant en scène d’effrayants chiens noirs. Il est évident que ce ne sont pour la plupart que des superstitions mais il n’est pas exclu que certaines de ces histoires aient été inventées par des propriétaires terriens ou des parents bien intentionnés désireux de s’assurer que villageois ou enfants turbulents restassent bien sagement à la maison.

Ces fameux chiens étaient le plus souvent visibles dans la lande, près des piliers flanquant la grille d’entrée, ou encore à la croisée des chemins. Ces mêmes chiens noirs fréquentaient également les cimetières et les abords des églises. Pour tout bon chrétien craignant Dieu, ce chien noir représentait le diable.

Le dimanche 4 août 1577, un violent orage s’abattit sur l’église de Bungay, dans le Suffolk, à l’intérieur de laquelle apparut tout à coup un chien noir. Deux paroissiens qui avaient eu un contact avec ce chien moururent instantanément et un troisième « se ratatina comme une pomme toute ridée ». Le même jour, un autre chien de même nature surgit  dans l’église de Blythburgh, à dix kilomètres de là, tuant lui aussi trois personnes.

L’Eglise n’a jamais encouragé ce type de superstitions. Dans le Devon, par exemple, on croyait que les bébés décédés avant d’être baptisés rejoignaient la cohorte des chiens fantômes de Yeth : des chiens sans tête et hurlants qui traversaient à toute allure Dartmoor une fois la nuit tombée.

On cite aussi le cas du chien de Bouley. Sur la côte nord de l’île de Jersey se trouve une petite crique rocheuse et tranquille connue sous le nom de Bouley Bay; entourée de collines, cette crique n’est accessibles que par une seule petite route sinueuse. C’est cette route que hanterait le chien de Bouley, un énorme chien noir aux immenses yeux incandescents. Parmi les multiples explications censées rendre compte du phénomène, rappelons que la crique de Bouley servit longtemps de repaire aux contrebandiers qui avaient intérêt à propager de telles histoires afin de décourager les gens du pays de venir traîner dans le coin pendant la nuit et mettre le nez dans les trafics qui s’y déroulaient.

En Russie, les chiens noirs étaient impopulaires simplement parce qu’ils étaient visibles de loin sur la neige, ce qui était un handicap pour la chasse.

« Petite anthologie du chien. »  J. A. Wines, Le pré aux clercs, 2007.

Publicités

5 réflexions sur “D’effrayants chiens noirs …

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s