Les lions mangeurs d’hommes de Tsavo

Publié le Mis à jour le

Colonel-Patterson-first-Tsavo-Lion-

En 1898, deux lions ont soufflé un vent de panique sur la construction d’un pont ferroviaire durant neuf mois en tuant et dévorant près de 140 ouvriers qui travaillaient pour les Britanniques dans la région de Tsavo.

Le Lieutenant-colonel John Henry Patterson (1867–1947) ingénieur mandaté par la British East Africa Company pour superviser les travaux, fut contraint de traquer ces lions qui terrorisaient les ouvriers et retardaient l’avancement du projet en raison de leurs attaques meurtrières.

Les lions mangeurs d’hommes n’ont rien d’exceptionnel dans ces contrées sauvages où des attaques sont régulièrement recensées pour maintes raisons telles que l’occupation constante de leur territoire par l’homme et la diminution de leurs proies habituelles. De plus, en 1890 une épidémie de peste bovine avait décimé des millions de zèbres, gazelles et autres espèces sauvages.

Tsavo_lion
Lion de Tsavo. Photo: Matt Berlin

Enfin, les prairies broussailleuses et sèches ne favorisaient la présence que de petits ongulés, nourriture insuffisante au régime alimentaire des grands félins. Cependant, toute l’étrangeté de cette affaire réside dans l’acharnement particulièrement meurtrier qu’ont montré ces deux lions et leur exceptionnelle constitution.

Les peaux conservées au Field Museum of Natural History Museum de Chicago donnent une vision impressionnante des lions : dépourvus de crinière, trait inhabituel chez les lions, ils mesuraient près de trois mètres de longueur pour une hauteur à l’épaule de 1,22 mètres. Les moyennes pour les lions d’Afrique voisinent les 2,60 mètres de long pour une hauteur à l’épaule de 0,96 mètre.

Field-Museum-Chicago
Field Museum de Chicago

Une fois sa mission terminée, John Henry Patterson publia un ouvrage sur ces deux lions mangeurs d’hommes du Tsavo et d’autres histoires concernant l’Afrique de l’est. Des années plus tard, deux chercheurs américains, Julian C. Kerbis Peterhans et Thomas Patrick Gnoske, entreprirent des recherches plus approfondies sur cette affaire qui sont transcrites dans le Journal of East African Natural History.

https://1000curiositas.wordpress.com/2008/04/22/les-lions-mangeurs-dhommes-de-tsavo/

Publicités

7 réflexions au sujet de « Les lions mangeurs d’hommes de Tsavo »

    pandoratears a dit:
    mai 4, 2014 à 12:15

    A reblogué ceci sur Une Parisienne se promèneet a ajouté:
    Vraiment inouï !

    Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    mai 4, 2014 à 12:18

    C’est un missionnaire namurois qui se promène au Congo Belge (oui, c’était il y a quelques années)… Soudain, un lion se précipite vers lui (une lionne, plutôt, puisque chez ces animaux, c’est la femelle qui chasse).
    Le missionnaire se met à prier : « Ô Seigneur, inspire des pensées chrétiennes à ce fauve ! »…
    Et le lion s’arrête à deux mètres du missionnaire, …
    … se met à genoux, …
    … et murmure : « Seigneur, bénissez ce repas … » !

    Aimé par 3 personnes

    lesouffleurdemots a dit:
    mai 4, 2014 à 9:06

    Il y a un film qui été fait sur ce fait historique:  » L’ombre de la proie » ( http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=14884.html).

    Aimé par 1 personne

    eliane21120 a dit:
    mai 6, 2014 à 10:48

    Une histoire qui faisait froid dans le dos, maintenant je comprends pourquoi ces événements. Le film ne l’expliquait pas et je restais sur un  » ?  » car toute situation à un sens, une logique.

    J'aime

Répondre à gavroche60 Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.