Archimède, 287 avant J.-C.

Publié le Mis à jour le

Archimede.

Les Romains, ces rudes conquérants du monde entier, ont résolu de ranger la Sicile au nombre de leurs provinces. Leur flotte est devant Syracuse, qui se défend avec l’énergie du désespoir. Les machines meurtrières, balistes et catapultes, lancent à tout instant d’énormes pierres qui portent la mort dans les rangs des assiégés. Déjà les trirèmes se sont rapprochées et interceptent tout secours qui pourrait venir aux Syracusains par la voie de la mer. Métellus a promis la victoire à ses soldats, et la victoire ne peut leur manquer.

Seul, un homme ne désespère point de repousser les conquérants barbares. Ce n’est pas, comme son parent le roi Hiéron, avec la lance et les flèches qu’il combattra : il a invoqué la science, sa meilleure amie. Elle lui donne des armes terribles.

Voyez-le placé sur le point le plus favorable pour l’exécution de son dessein. Ses bataillons, ce sont des miroirs ardents. Par ce moyen, et sans avoir besoin d’employer l’éperon des vaisseaux siciliens, il porte l’incendie dans la flotte des Romains. Leurs navires s’enflamment sans qu’on puisse reconnaître la main invisible qui a allumé le feu. Non, l’auteur de ce prodige n’est pas reconnu, mais chacun le nomme; parmi les assistants chacun s’écrie :

C’est Archimède ! Il n’y a qu’Archimède qui soit capable de trouver de tels moyens de défense.

Et cependant la ville fut prise, parce qu’il était écrit que rien n’empêcherait la puissance romaine d’arriver à son faîte jusqu’à ce que les fils du Nord vinssent la détruire. La première pensée de Métellus fut d’ordonner à un soldat d’aller chercher et de lui amener Archimède avec tous les ménagements possibles.

Le savant était absorbé dans ses profonds calculs; il ignorait complètement ce qui se passait au dehors; la ville était prise, et il s’occupait encore du soin de la défendre.

Viens, lui dit brusquement le soldat; le consul te demande.

Archimède ne répondit pas.

Le soldat réitéra son invitation, sans parvenir à se faire entendre. Furieux alors et se croyant l’objet du mépris d’Archimède, il tira son glaive et le lui plongea dans le corps.

Ainsi tomba cet homme prodigieux qui avait deviné presque toutes les sciences modernes et créé la mécanique et l’hydrostatique; cet homme qui inventa la poulie pour élever les fardeaux les plus lourds et la vis creuse dans laquelle l’eau monte par son propre poids; cet homme enfin qui écrivit les Traités des Spirales et de la mesure du cercle, à une époque où le génie pouvait deviner les théories, sans en posséder la démonstration.

On peut le dire, Archimède fut le père de la science; et soit fable, soit réalité, nous comprenons qu’un jour, ivre de joie à la suite d’une découverte, il ait couru à demi-nu par les rues de Syracuse en criant :

Je l’ai trouvé ! je l’ai trouvé !

Il avait soixante-quinze ans lorsqu’il périt sous le fer d’un soldat grossier. Métellus fut inconsolable de cette perte et détesta l’auteur du meurtre. On rapporte que, selon le vœu qu’avait formulé le vieillard, il lui érigea un tombeau surmonté d’une colonne qui portait gravée en creux l’image de ses découvertes.

« Archimède ! »

C’était la plus belle oraison funèbre.

« Les Grands inventeurs anciens et modernes, …« , Alfred Des Essarts…Magnin, Blanchard et Cie, Paris, 1864.
Publicités

2 réflexions au sujet de « Archimède, 287 avant J.-C. »

    Éric G. Delfosse a dit:
    juillet 1, 2014 à 5:47

    Haaa, ce brave Archimède et son célèbre « ηὕρηκα »…

    Aimé par 1 personne

      Éric G. Delfosse a dit:
      juillet 1, 2014 à 5:49

      Moi aussi, ηὕρηκα quelque chose : ηὕρηκα ce blog, et je suis content de l’avoir trouvé…

      😉
      Bonne soirée… Vais aller bavarder un peu avec mes poissons, mes champignons et mes z’oignons, pour prérarer mon souper…

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.