Les merveilles de Tilly

Publié le Mis à jour le

paysansTilly-sur-Seulles recommence à faire parler de lui. Il s’agit, avant tout, d’un curieux phénomène optique, météorologique, ou de quoi que ce soit, dont la Libre Parole rendit compte, le 13 août, en ces termes :

Le 7 juillet, vers sept heures du soir, un habitant de Tilly, M. Yon, homme robuste et de sang-froid, âgé d’une quarantaine d’années, reconduisait sa mère chez elle sur la route de Caen. A un certain moment, Il porta ses regards du côté du soleil couchant. En les reportant ensuite sur un autre point, il fut un peu surpris d’apercevoir à plusieurs reprises un rayon d’un éclat singulier. Il n’y attacha pas toutefois d’importance, sachant bien que lorsqu’on a fixé un objet brillant, on continue à voir pendant quelque temps des points lumineux.

Mais, après avoir marché une vingtaine de mètres environ, arrivé à un endroit où le soleil se trouvait caché par des arbres et des maisons, il aperçut devant lui, très distinctement une multitude de petites boules, ressemblant aux ballons que l’on vend les jours de fête pour les enfants. Il y en avait de différentes couleurs, des vertes, des violettes, des roses, des jaunes.
Il n’était pas encore revenu de son étonnement, lorsque sa mère, qui marchait devant lui, lui dit tout à coup :

C’est malheureux de vieillir ! C’est étonnant comme la vue me fait défaut ! Je ne vois devant moi que des petits ballons. La route en est couverte.

M. Yon lui demanda de quelles couleurs ils étaient.

Ils sont verts, répondit-elle.

Et immédiatement après :

En voilà des violets !

C’était exactement ce que voyait son fils. Un peu plus loin, le spectacle leur apparut si magnifique, que tous deux s’arrêtèrent pour le contempler à leur aise. La pâture et les arbres qu’ils avaient devant eux étaient absolument couverts de ces globes lumineux, ce qui produisait un effet féerique dont la plus splendide illumination électrique n’aurait pu donner une idée.

De plus en plus surpris, M. Yon alla prévenir différentes personnes. Ces personnes constatèrent exactement le même phénomène que lui. D’autres témoins ne tardèrent pas à accourir. Ils virent ce qu’avaient vu les précédents. Les boules partaient de dessous ou de derrière le soleil et s’avançaient dans diverses directions. Elles devenaient de plus en plus innombrables et de teintes de plus en plus variées.

Le Révérend Père L… s’est fait remettre par chacun des témoins une déposition écrite et signée.

Les jours suivants, les mêmes faits furent encore constatés. On peut dire que tout le village les a vus. Voilà le témoignage du curé-doyen de Tilly :

Le mardi 9 juillet, a-t-il déclaré, vers sept heures et demie du soir, je sortais de l’église après ma visite au Saint-Sacrement. Je vis plusieurs groupes de personnes regardant dans l’espace, du côté du soleil, et je les entendais jeter des cris. Passant près du premier groupe, ils m’exprimèrent leur saisissement, à la vue de toutes les boules qui, sortant du soleil, sillonnaient l’espace. Je m’arrêtai un peu, et à peine eus-je regardé comme les autres, je vis moi-même toute une explosion de globes noirâtres, très opaques, parfaitement dessinés, des boules très nettes, d’un diamètre de trente centimètres environ, lancées par le soleil à des hauteurs immenses. Je suivis des yeux quelques-unes de ces boules éparpillées dans l’air; elles retombaient en faisant une courbe parfaite et s’évanouissaient dans l’espace, et tout d’un coup. Les cris de la foule (des enfants surtout) avec leurs réflexions, me firent voir que tous avaient vu la même explosion et de la même manière… Le soleil était étrange : il semblait un foyer vivant, se roulant à droite et à gauche, et avec des lueurs indéfinissables. Je compare ce que j’ai vu à un mortier de feu d’artifices, d’où s’élancent une série formidable de globes, qui franchissent l’espace et retombent comme en cascade, avec cette différence que les boules ne subissaient aucune transformation dans leur trajet et disparaissent, tout d’un coup, sans explosion.

Le Révérend Père L…, après avoir fait son enquête à Tilly, s’est rendu dans divers Observatoires, pour demander si des phénomènes du même genre avaient été parfois constatés, et on lui a répondu que non.

Paris, 1901.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.