Aymar le sorcier

Publié le Mis à jour le

sorcier

Les merveilleux exploits de Jacques Aymar ont passionné la France pendant plusieurs mois ; la puissance de sa baguette a ensorcelé la plupart de ses contemporains. Considéré par le peuple ignorant à l’égal d’un dieu, il a vu sa vertu divinatrice discutée par les académies savantes. Un groupe de philosophes imagina à son occasion le système des corpuscules et des émanations ; son histoire a été écrite de son vivant ; il survécut à sa ruine, que raconte Baluze d’un ton railleur.

Fils de paysans du Dauphiné, Aymar s’était fait connaître à Grenoble, en découvrant, à l’aide de sa baguette de coudrier, les sources, les métaux précieux enfouis dans le sol, les voleurs et les assassins. Une occasion favorable allait bientôt rendre son nom fameux dans tout le royaume.

Le 5 juillet 1692, un marchand de vin et sa femme furent assassinés dans la cave de la maison qu’ils habitaient à Lyon. Le vol était le mobile du crime : la caisse de leur comptoir avait été fracturée. Aucun indice ne décelait les coupables. On eut recours au sorcier Jacques Aymar.

Conduit par le lieutenant criminel et le procureur du roi dans la cave où l’on avait trouvé les cadavres, le devin y prit son impression. La baguette, qu’il tenait à la main, se mit à tourner vivement à l’endroit où les victimes avaient été relevées. Par ses soubresauts, elle indiquait l’existence de trois complices. Se laissant diriger par la verge de coudrier, Aymar suivit, à travers les rues de Lyon, la piste des coupables; il sortit de la ville, descendit le Rhône, signala plusieurs maisons où les assassins s’étaient arrêtés, Les habitants de ces fermes dirent, en effet, que le lendemain du crime trois inconnus s’étaient attablés chez eux. La piste se perdant dans le sable au bord de l’eau, Aymar pensa que les criminels s’étaient embarqués. Il monta lui-même en bateau, arriva à Beaucaire. Sa baguette le conduisit à la prison. Il appliqua sur tous les détenus le bâton magique qui tourna rapidement sur un petit bossu écroué depuis la veille pour un vol insignifiant. Aymar affirma que le bossu était un des auteurs du crime de Lyon. Interrogé par les magistrats qui avaient accompagné le sorcier, le prisonnier repoussa énergiquement l’accusation. On le ramena à Lyon, par la route qu’avait désignée la baguette.

Chemin faisant, reconnu par les gens chez lesquels il s’était arrêté, il avoua qu’il avait aidé ses deux complices dans la perpétration du crime. Aymar se mit à la poursuite des deux autres coupables. Mais sa baguette l’ayant mené jusqu’à la frontière italienne, il dut revenir sur ses pas. Son retour à Lyon fut un triomphe. Le 30 août 1692, le bossu, condamné à être rompu vif, expiait son crime sur la place des Terreaux.

Cet événement merveilleux eut un grand retentissement. La verge d’Aaron et celle de Moïse parurent de beaucoup distancées ; les baguettes de Minerve et de Circé, le caducée de Mercure, les bâtons sacrés des augures n’avaient jamais produit de plus étonnants prodiges ; la baguette divinatoire des alchimistes du moyen-âge n’était qu’un jouet d’enfant auprès de celle du sorcier Aymar. Les ardentes controverses que soulevèrent, à une époque rapprochée de nous, le baquet de Mesmer, les esprits frappeurs et les tables tournantes, ne sauraient donner une idée de l’agitation qui suivit la découverte de l’assassin de Lyon.

jacques-aymarM. de Vanigny, procureur du roi, qui avait utilisé dans l’affaire la science de Jacques aymar, publia une relation intitulée : Histoire merveilleuse d’un maçon qui, conduit par la baguette divinatoire, a suivi un meurtrier pendant quarante-cinq heures sur la terre et plus de trente heures sur l’eau. Ce mémoire servit de thème à une nouvelle publication qui parut bientôt avec ce titre : Récit de ce que Jacques Aymar a fait pour la découverte du meurtrier de Lyon, dressé sur le procès-verbal du procureur du roi de Lyon, M. de Vanini. La narration du fait devait conduire à sa discussion scientifique ; deux médecins en étudièrent les détails et en cherchèrent l’explication, dans les ouvrages suivants imprimés à Lyon en 1692 :

1 ° Lettre à Madame la marquise de Senozan, sur les moyens dont on s’est servi pour découvrir les complices d’un assassinat commis à Lyon le 5 juillet 1692, par M’. Chauvin, docteur en médecine; — 2° Dissertation physique en forme de lettre à Monsieur de Sèves, seigneur de Fléchères, sur Jacques Aymar, par Pierre Garnier, docteur en médecine de l’université de Montpellier.

En réponse au P. Lebrun, de l’Oratoire, et à Mallebranche, qui ne voyaient dans le sorcier qu’un suppôt de Satan, un groupe de philosophes attribua les propriétés de sa baguette à des émanations s’échappant des fontaines, des métaux, du corps humain.
Aymar voyait son renom grandir au bruit de cette querelle.

Il fut mandé à Paris par Henri-Jules de Bourbon-Condé. fils du grand Condé, qui l’installa dans son hôtel et soumit à l’épreuve sa puissance divinatrice. L’abbé de Vallemont raconte, dans sa Physique occulte, qu’il n’a cessé d’observer le sorcier pendant son séjour chez le prince, et qu’il est demeuré convaincu de son pouvoir.

Cependant, la fortune d’Aymar touchait à son déclin. Surveillée de près, sa baguette ne faisait plus de prodiges ; elle ne tournait pas sur les sources cachées ; l’or enfoui ne lui donnait aucun soubresaut; la piste des voleurs et des assassins était impuissante à l’agiter.

Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy, neveu du célèbre ministre de Louis XIV, suivait attentivement les expériences. Une des épreuves, auxquelles il soumit Jacques Aymar, est racontée dans l’Architecture hydraulique de Bélidor; elle n’eut pas plus de succès que les autres. Etienne Baluze, qui, après la mort de Colbert, était resté très attaché au marquis de Torcy, observa avec intérêt les manoeuvres du sorcier, et rendit compte de sa déconvenue à un neveu par alliance, M. Melon Duverdier, conseiller du roi au présidial de Tulle, dans une lettre d’où nous détachons le passage suivant : 

« A Paris, le 7 mars 1693.
Jaques Aymar et sa baguette ont perdu ici leur réputation. Mercredy de la semaine avant celle-cy il y eut un homme tué de 18 ou 20 coups d’espée dans la rue Saint-Denys. M. le Prince, qui a Jaques Aymar chez luy, envoya prier M. le procureur du Roy de faire l’essay de la vertu de la baguette en cette occasion. Ce qui fut fait. Il passa deux fois sur le sang, où il y avait asseurément bien des corpuscules, puisque la chose estoit toute fraische. Cependant il n’y vit que de l’eau claire. M. le procureur du Roy le mena ensuite par les rues où les meurtriers avoient passé, et enfin dans la rue où ils estoient. Car des mouchards les avoient suivis, et on sçavoit où ils estoient. Ce que Jaques Aymar ne sceut jamais deviner. M. le Prince, M. le prince de Conty, M. le duc de Roquelaure et autres y estoient présents. Je ne sçay pas comment les philosophes de Lyon expliqueront cela. Mais on dit ici que Jaques Aymar s’excuse sur ce que ce n’estoit pas un assassinat, mais une rencontre. Meschante excuse, à mon avis, qui ne sçais rien de la philosophie des corpuscules. »

sourcierSi l’habile sorcier défendait avec énergie la puissance de sa baguette, ses nombreux partisans étaient disposés à accepter de lui la plus futile des excuses. La verge divinatoire avait ses croyants que rien ne rebutait ; elle comptait, en province comme à Paris, des prosélytes prêts à fermer les yeux sur ses défaillances et à imaginer des hauts faits qu’elle n’avait jamais accomplis.
Le 21 mars 1693, Baluze écrivait à ce sujet à son neveu Duverdier :

« Mon frère me charge de vous remercier de sa part de la peine que vous avez prise de lui escrire au suject de la charge d’advocat du Roy. Et sur ce que je luy avois escrit l’avanture arrivée à Paris à Jaques Aymar dans la rue Saint-Denys, dont il avoit fait lecture à M. de Lagarde, il m’escrit que M. Lagarde luy a respondu qu’il y a des jours auxquels un bon chien de chasse ne sçait ou ne peut chasser, et que ledit Jaques Aymar ayant esté mené à la bibliothèque du Roy, il a descouvert quantité de pièces d’or et d’argent que plusieurs personnes curieuses avaient caché dans divers volumes pour expérimenter son sçavoir faire. Ce qui est très faux, car il n’a pas esté une seule petite fois à la bibliothèque du Roy. » 

Quand le prince de Condé eut démasqué l’impuissance, de la baguette divinatoire, il fit proclamer le résultat de ses épreuves. Aymar, convaincu d’imposture, dut quitter Paris. Baluze, qui raconte ce départ piteux, nous apprend que le sorcier avait fait école; il écrit, le 28 mars 1693, à M. Duverdier :

« Jaques Aymar s’en est retourné mescontent de Paris, à ce qu’on dit. On a imprimé depuis peu à Paris un gros livre in-12 pour justifier sa vertu occulte pour descouvrir les meurtriers et choses volées. A la fin on adjoute que M. Geoffroy, ancien eschevin de Paris, — c’est un apothicaire, — a chez luy un garçon qui, sans baguette, par le seul mouvement de la nature, descouvre l’or et l’argent, et qu’il en a fait plusieurs expériences. Il est vray qu’il en a fait à la bibliothèque du Roy. Mais il y a aujourd’huy trois semaines qu’il y eut à la bibliothèque du Roy un grand concours de curieux pour luy voir faire une semblable expérience. Mais M. l’abbé Galloys s’y trouva malheureusement pour luy. Car il prit luy- mesme le soin d’enfouir dans la terre dix louis d’or sans que personne peut apercevoir où il les mettoit. En suite il appelle le devineur, qui devina qu’ils estoient où ils n’estoient pas, et ne peut pas deviner où ils estoient, quoyqu’il passa plusieurs fois par dessus. Il se fait bien des tours de passe-passe en ces occasions lorsqu’il n’y a pas des gens faits comme M. l’abbé Galloys. »

L’élève n’avait pas été plus heureux que le maître. Mais Jacques Aymar, chassé de Paris, retrouva à Lyon une partie de son crédit. Brossettes, ami de Boileau, racontait au poète, dans une lettre du 25 septembre 1706, une entrevue qu’il avait eue avec le fameux devin, et lui parlait en termes enthousiastes de la vertu de sa baguette. Boileau lui répondit qu’il s’étonnait de le voir prendre au sérieux de pareilles puérilités.

Sur la fin de ses jours, un triste rôle était réservé au sorcier dauphinois. Employé dans la guerre des Camisards, il signalait au maréchal de Montrevel et à l’intendant Bâville les protestants qui devaient être mis à mort. Tous les prisonniers, sur lesquels tournait sa verge de coudrier, étaient immédiatement égorgés. La baguette divinatoire devint un odieux moyen de dénonciation au service des haines politiques et religieuses.

« Le Feu follet. »   Paris, 1880

Publicités

6 réflexions au sujet de « Aymar le sorcier »

    fanfan la rêveuse a dit:
    juillet 19, 2014 à 8:15

    Belle journée Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    gavroche60 a répondu:
    juillet 19, 2014 à 9:12

    Merci Fanfan, bonne journée !

    J'aime

    Éric G. Delfosse a dit:
    juillet 19, 2014 à 11:53

    Je connaissais Jean, pas Jacques…

    😆
    Ok, je sors…
    Mais je reviendrai !

    J'aime

    brunomeurin a dit:
    juillet 19, 2014 à 8:37

    Sourcier ne veut pas dire sorcier!

    J'aime

      gavroche60 a répondu:
      juillet 19, 2014 à 9:07

      La terminologie est de l’époque du récit. Pour exemple, sous l’inquisition les sourciers étaient égalements considérés comme des sorciers …

      J'aime

      Éric G. Delfosse a dit:
      juillet 19, 2014 à 9:25

      Bin, un sourcier, c’est un radiesthésiste qui recherche des sources, de l’eau…
      Ici, le bonhomme recherche autre chose que des sources, donc, finalement, il est « plus que sourcier »…
      De là à y voir de la sorcellerie, il n’y a qu’un pas … un pas que l’Église a de toute façon franchi en déclarant que les sourciers pratiquaient une forme de sorcellerie, et qu’ils devaient être considérés comme des adorateurs du diable et toute cette sorte de chose…
      À cette époque, sorcier ou sorcier, c’était un peu la même chose, et tout aussi mal vu l’un que l’autre…
      Aujourd’hui aussi, c’est mal vu, mais uniquement par les « ultra rationalistes » qui ne comprennent pas comment ça peut marcher (et donc, si on ne comprend pas, c’est que ça n’existe pas).
      Belle soirée tout le monde !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s