Soyons modestes

prince-Napoléon

Le prince Napoléon racontait un jour à son secrétaire, M. Bourgogne, qui l’a racontée dans ses Mémoires pour nuire à l’histoire de mon temps (un joli titre !), la stupéfiante anecdote que voici :

Une pauvre fille, misérable et désolée, demandant l’aumône au prince, alors représentant du peuple, celui-ci lui donna une pièce de 5 francs à l’effigie de Napoléon Ier, et, tandis qu’elle la dévorait des yeux, le prince lui demanda :

— Trouves-tu que je lui ressemble ?

— A qui ? dit-elle, un peu hagarde, les yeux étonnés.

Le prince Napoléon montrait la pièce blanche.

— Mais, à lui.

— Qui, lui ?…

— Napoléon.

La fille regarda celui qui lui parlait comme un fauve regarderait un passant. Elle répéta, sans comprendre, comme si on lui eût parlé une langue inconnue :

— Napoléon !… Na… po… léon !

— Tu ne connais pas Napoléon ? demanda alors le prince stupéfait…

— Non.

— Tu n’en as jamais entendu parler ?

— Jamais !

A Paris, rue de Rivoli, un être se trouvait qui ne savait pas ce que c’était que Napoléon !

Et le prince Napoléon-Jérôme ajoutait, en contant l’aventure :

— Messieurs, vous le voyez, soyons modestes !

Publicités

5 réflexions sur “Soyons modestes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s