La messe des morts (conte auvergnat)

Publié le Mis à jour le

chateau

Il y avait une fois une veuve qui alla prévenir ses amis et ses voisins que, suivant l’usage, on célébrerait la messe de bout de l’an de son mari.

La veille elle se coucha comme d’habitude; mais au milieu de la nuit, elle se réveilla; l’on était en hiver et la cérémonie devait avoir lieu au petit jour. Comme elle ne savait pas quelle heure il était, elle se leva et alla regarder à la fenêtre.

L’église était tout près de sa maison, et elle vit les fenêtres éclairées, comme si les cierges étaient déjà allumés pour la messe. Elle se hâta de prendre ses habits de deuil et de s’y rendre.

Elle entra dans l’église, mais ne reconnut aucune des personnes présentes; plusieurs, de même qu’elle, portaient, comme c’est l’usage, un voile sur la figure. Le prêtre dit la messe des morts, et quand arriva l’offrande, elle s’aperçut qu’elle n’avait aucune pièce de monnaie sur elle. Elle ôta sa bague de noce et la mit dans le plateau des offrandes, se proposant de la redemander au prêtre le lendemain et de la remplacer par une pièce d’argent.

Lorsqu’elle s’en alla après Vite missa est, l’officiant et les deux assistants l’accompagnèrent jusqu’à la porte. Elle ne reconnut pas le prêtre; et s’étant retournée, elle vit que l’église était vide et retombée dans l’obscurité.

Le jour n’était pas encore levé; elle se remit au lit et s’endormit.

Il était tard quand elle s’éveilla dans la matinée, et elle rencontra ses voisines qui lui demandèrent pourquoi elle n’était pas allée à la messe de bout de l’an de son mari.

Si, répondit-elle, j’y ai assisté, et la preuve c’est que mon anneau de noce n’est plus à mon doigt; comme je me suis aperçue au moment de l’offrande que je n’avais pas de monnaie, je l’ai donné à l’officiant. Il disait la messe à l’autel de la Vierge.

Comme ses voisines continuaient à lui affirmer que personne ne l’avait vue à l’église, elle alla trouver le curé qui lui assura qu’il ne l’avait point vue à la messe. On chercha la bague dans l’église, et on vit qu’elle s’était incrustée dans la pierre de l’autel où le prêtre fantôme avait dit la messe.

Dr Paulin  » Revue des traditions populaires « , Musée de l’homme, Paris, 1886.

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « La messe des morts (conte auvergnat) »

    Éric G. Delfosse a dit:
    juillet 29, 2014 à 12:46

    Mieux vaut ne pas savoir quelle messe, exactement, a été dite !

    😕

    Aimé par 1 personne

    ermite-athee a dit:
    juillet 29, 2014 à 2:28

    Arrivé en Auvergne venant du Nord il y a quelques années , j’ai aimé ces contes et mystères : Je ne manquerais pas de revenir sur votre blog .
    F.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s