Le Chien de la Reine.

Publié le

Marie_Antoinette

Marie-Antoinette, dernière reine de France, avait au Temple un chien qui l’avait constamment suivie.

Lorsqu’elle fut transférée à la Conciergerie, le chien y vint avec elle, mais on ne le laissa pas entrer dans cette nouvelle prison. Il attendit longtemps au guichet, où il fut maltraité par les gendarmes, qui lui donnaient des coups de bayonnettes. Ces mauvais traitements n’ébranlèrent point sa fidélité; il resta toujours près de l’endroit où était sa maîtresse; et lorsqu’il se sentait pressé par la faim, il allait dans quelques maisons voisines du Palais, où il trouvait à manger; il revenait ensuite se coucher à la porte de la Conciergerie.

Lorsque Marie-Antoinette eut perdu la vie sur l’échafaud, le chien veillait toujours à la porte de sa prison; il continuait d’aller chercher quelques débris de cuisine chez les traiteurs du voisinage, mais il ne se donnait à personne, et il revenait toujours au poste où sa fidélité l’avait placé: il y était encore en 1795, et tout le quartier le désignait sous le nom de Chien de la Reine.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.