L’abbé sur la cheminée

nainL’abbé de Chauvelin, bossu par devant et par derrière, d’une petitesse extrême, mais spirituel, vif, effronté, était très entreprenant avec les femmes quand par hasard il trouvait l’occasion de l’être.

Un soir, il fut chez madame de Nantouillet; elle était seule, un peu malade et sur sa chaise longue. L’abbé passa subitement de la galanterie à l’amour, et devint si pressant et si impertinent que madame de Nantouillet se hâta de sonner de toutes ses forces. Un grand valet de chambre arrive :

Mettez monsieur l’abbé sur la cheminée, lui dit-elle.

La cheminée était haute, le valet de chambre robuste; il saisit le petit abbé, qui se débat en vain. On l’assied sur la cheminée; l’abbé frémit en se voyant placé à cette élévation prodigieuse pour lui: il n’aurait pu sauter sur le parquet sans risquer sa vie. Les éclats de rire de madame de Nantouillet augmentaient encore sa fureur, qui fut au comble lorsque, dans cette fâcheuse situation, il entendit annoncer une visite.

Publicités

3 réflexions sur “L’abbé sur la cheminée

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s