Les potiers de Savignies

Publié le Mis à jour le

https://gavroche60.com/2014/11/02/les-potiers-de-savignies/

Au seizième siècle, un maître potier de Savignies fabriquait des plats de terre si beaux, que les échevins de Beauvais ne croyaient pouvoir mieux offrir aux rois et aux princes qui passaient dans la ville.

François 1er reçut en hommage un plat représentant la Passion avec les divers instruments du supplice: l’échelle, la lance, l’éponge à vinaigre, les clous, les tenailles, le tout entouré de sept écussons, dont le premier contenait la couronne ouverte de France, fleurdelisée, le second les armes de France, parti de Bretagne, le troisième, les armes écartelées de France et, de Dauphiné, avec couronne fermée, sans fleurs de lis, le quatrième, les armes de la ville de Beauvais, c’est-à-dire deux étoiles à huit pointes et un pal.

Sur les autres écussons de ce beau plat, on voyait, avec le monogramme du Christ, les inscriptions de Jésus et d’Ave Maria. De telles poteries étaient l’orgueil du Beauvaisis, par leur merveilleuse réussite, leur parfaite ondulation, l’harmonie des courbes et leurs brillants, émaux verts. Il est vrai que le maître potier, pour mettre sa fournée sous la garde de Dieu, dessinait une croix sous chacune de ses poteries, à l’endroit réservé habituellement à la marque.

Jésus-Christ, touché de la beauté de ces ouvrages et de l’hommage que lui rendait l’artisan, emmena un jour saint Pierre pour visiter la fabrique de Savignies. L’atelier était en plein travail : c’était merveille que de voir la glaise passer informe dans les mains des ouvriers pour se transformer en élégants profils de plats, de salières, de gobelets. Curieux d’en faire autant, Jésus-Christ monta sur le tour, prit un morceau de terre, et de ses mains sortit un vase merveilleusement réussi. Saint Pierre, pour imiter son maître, monta sur le tour et prit de la glaise, voulant, lui aussi, laisser quelque ouvrage en souvenir de sa visite. Sous les doigts de saint Pierre, la terre s’allongea démesurément et sans forme; cependant, saint Pierre s’appliquait de ses pieds à faire tourner le tour. Abaissant de la main le cône bizarre de glaise, qui prenait la figure d’une haute aiguille, pour retomber lâche et bavocheuse sur la table, saint Pierre suait à grosses gouttes, et était blessé dans sa vanité, car les regards railleurs de tout l’atelier se portaient sur ses essais.

— Mouille la terre, saint Pierre, lui dit doucement le Christ, mouille la terre, tu réussiras.

Depuis cette époque, telle est la recommandation qu’on fait aux apprentis de mouiller la glaise, en leur racontant ce qu’il advint à saint Pierre pour avoir négligé ce premier principe de l’art de terre.

Champfleury. Tradition du Beauvaisis.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les potiers de Savignies »

    delorme a dit:
    novembre 2, 2014 à 1:37

    encore une histoire hors du temps et plaisante a lire merci bonne journée

    Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    novembre 2, 2014 à 2:09

    Aujourd’hui, on utilise l’expression « mets de l’huile »…

    😆

    J'aime

    jmcideas a dit:
    novembre 4, 2014 à 9:07

    Les potiers ont toujours un énorme succès…DIXIT mon épouse qui expose ses oeuvres de modelage en province (Luçon-85)
    A suivre, les fotos du vernissage

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s