Le supplice du knout

Publié le Mis à jour le

knoutLa peine de mort n’existe point en Russie; la législation de ce pays (article publié en 1837) l’a remplacée par le knout, supplice horrible dont on punit les crimes capitaux et qui entraîne fréquemment la mort du condamné. Dans le cas où il résiste, celui qui a subi ce châtiment est presque toujours destiné à passer sa vie dans les mines, qui, en Russie, tiennent lieu de bagnes.

Voici les détails relatifs à cette peine infamante: On commence par dépouiller le patient de ses vêtements jusqu’à la ceinture, puis on l’attache au haut d’une échelle par les deux mains, que l’on a précédemment liées l’une à l’autre. Placé ainsi, les pieds pendants, sans cependant toucher à terre, le condamné présente le dos tout entier aux coups du bourreau. L’arme dont celui-ci le frappe est un fouet dont le manche peut avoir 48 centimètres de long, et dont la corde, composée de fines lanières de cuir blanc fort souple, a environ 64 centimètres. La veille du supplice, on met cette corde à tremper dans du lait, afin de la rendre plus pesante et plus flexible.

Chaque coup de fouet marque sa place et fait couler le sang. Un homme qui en a reçu quinze a la peau entièrement enlevée, et ses chairs sont aussi profondément incisées qu’elles pourraient l’être au moyen d’un instrument tranchant. On dit même qu’un exécuteur habile peut, au troisième coup, tuer le coupable, et que des familles riches le payent pour qu’il en soit ainsi, lorsqu’elles  veulent sauver un de leurs membres de la honte d’une flétrissure ou du malheur d’être envoyé aux mines.

Quand le bourreau a infligé le nombre de coups prescrit par l’arrêt (nombre qui varie suivant l’importance du crime), il détache le supplicié, qui est presque toujours évanoui; puis, aidé de ses valets, il lui coupe le nez, lui ouvre les narines avec un couteau, et le marque au front et sur les joues avec un fer rouge. Ce supplice terminé, on conduit le patient à l’hôpital, où tous les soins nécessaires à sa guérison lui sont prodigués. S’il se rétablit, on le transporte en Sibérie; on le descend dans les mines du gouvernement, et il ne voit plus la lumière du jour.

in Le Magasin pittoresque.  Edouard Charton, Paris, 1837.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Le supplice du knout »

    Éric G. Delfosse a dit:
    novembre 24, 2014 à 5:16

    Les cas de récidive devaient être rares, je suppose, avec une telle justice ?

    Aimé par 1 personne

      gavroche60 a répondu:
      novembre 24, 2014 à 5:22

      C’était pas franchement populaire, même si le tour était gratuit …

      Aimé par 1 personne

      blueedel a dit:
      novembre 27, 2014 à 10:28

      peut être est ce ce qui manque aujourd’hui à la justice ? Même si c’est horrible, avec ce genre de punition, tu n’as plus trop envie de décoconner après….

      Aimé par 1 personne

        gavroche60 a répondu:
        novembre 27, 2014 à 10:33

        Le problème est que la Justice n’est pas une science exacte; elle peut se tromper. Et elle n’est guère objective quand les fanatiques religieux sont aux commandes …
        C’est un verbe de ton invention: « décoconner » ??? 🙄

        Aimé par 2 people

          blueedel a dit:
          novembre 27, 2014 à 10:54

          du tout pour le verbe
          je suis d’accord avec toi mais si la justice pour les vrais que l’on connait comme dangereux était juste appliquée… peut être certains se limiteraient un peu plus… Aujourd’hui je me dis que personne n’a peur de commettre un « crime », un « délit »

          Aimé par 1 personne

            gavroche60 a répondu:
            novembre 27, 2014 à 11:16

            Les délits étaient-ils moins nombreux jadis ?
            Je ne sais pas; je me pose la question … Faudrait que je farfouille un peu sur le sujet.
            Mais là, j’ai un travail autrement plus important … j’arrive pas à ouvrir mon bocal de Nutella, même à coups de louche 😦 Bisque rage !

            Aimé par 1 personne

              blueedel a dit:
              novembre 27, 2014 à 11:38

              hannnn Nutella !!!!
              mince je n’ai rien sous la main !
              à part le clavier mais je doute qu’il puisse t’aider
              bon bah quand tu réussiras, pense à moi à la premier cuiller 😉

              Aimé par 1 personne

            sarah a dit:
            novembre 27, 2014 à 8:25

            pardon, Blueedel…
            y’a plus de tueurs sur terre, mais ils ont la Loi pour eux, le fric, et le système politique…et avec toutes leurs manières, font des dégâts intensifs…ils tuent par la misère, par les bombes, et j’en passe, et se fortifient de protecteurs, mais font bien pire, protégeant leur territoire, ou leur patrimoine…
            on ne voit que des cas isolés et bien mis en évidence, mais toutes les Sociétés produit des tueurs en série,par des harcèlement, sur la prostitution, pédophilie, et l’esclavagisme de bonne et du forme avec le bol, et j’en passe…en Silence, ….
            la cruauté humaine à son autre face… »la conformité sociale » avec ses codes et jurisprudence…
            les délits officiels avec leurs non-dits, et leurs laisser-passer avec le Droit en Poche;;;sont innommables au vue du Nombre…Mondial…

            Aimé par 1 personne

              blueedel a dit:
              novembre 27, 2014 à 9:47

              Je suis d’accord avec tes propos mais cela étant dit… la justice n’est pas à la hauteur des méfaits et ça vaut pour tout le monde…
              regarde le bijoutier qui se fait justice et qui finalement est tenu pour responsable due s’etre défendu
              le mec qui viole une gamine de 8 ans, dont il débarasse en la jetant dans une cheminée de carrière avec des barbelés et qui est libéré TROIS ans après (vécu)
              Voilà… c’est un sujet vaste et épineux

              Aimé par 1 personne

                sarah a dit:
                novembre 28, 2014 à 7:15

                te remercie de m’avoir répondu, et j’accorde à ton propos le même sentiment d’impuissance, sans rien minimiser, sois en sûre …mais, y’a un constat à faire : .il manque au Monde la Conscience de l’erreur, qui produit ces actes, et cela dès la naissance…et qu’on justifie bien après, trop tard… l’Histoire nous le révèle…hélas…

                Aimé par 1 personne

                  blueedel a dit:
                  novembre 28, 2014 à 9:11

                  malheureusement
                  j’ai d’ailleurs pensé à toi ce matin en ouvrant mon nouveau livre à lire… Le Cercle (de Minier) où la préface est une citation
                  Je cite « Les individus civilisés, ceux qui se cache derrière la culture, l’art, la politique… et même la justice, c’est d’eux dont il faut se méfier. Ils portent un déguisement parfait. Mais ce sont les plus cruels. Ce sont les individus les plus dangereux sur terre » Michael Connelly, in Le dernier coyote

                  Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    novembre 24, 2014 à 5:19

    Et après le supplice du knout, le gars était … knock-out ?

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    novembre 25, 2014 à 9:18

    Oups, pas de j’aime, ah non alors !
    Mais c’est terrible de faire des choses comme cela…Le positif de l’histoire si elle est vraie, c’est que les prisons ne devaient pas être sur popularisé 😉

    Aimé par 1 personne

      gavroche60 a répondu:
      novembre 25, 2014 à 9:45

      Le supplice du knout fut malheureusement fort usité … 😦

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s