Une distraction épiscopale

Publié le

prêtre

M. de Bonnac, évêque d’Agen, étant allé à la campagne chez un de ses amis, son postillon se laissa tomber du haut d’un grenier à foin sur le pavé. Tout le monde courait au secours du malheureux qui était tout fracassé.

Allez chercher un chirurgien ! criait-on.

Eh non, dit naïvement l’évêque dans le plus grand effroi, cet homme se meurt; vite un prêtre, amenez un prêtre

Et vous, monseigneur, ne l’êtes-vous pas ? répondit quelqu’un qui était plus de sang-froid.

Ah ! c’est vrai, je n’y pensais pas, répliqua le prélat, à qui l’excès du trouble avait fait oublier son caractère.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Une distraction épiscopale »

    Soizic a dit:
    mars 5, 2015 à 1:11

    Ce sont les cordonniers sont les plus mal chaussés
    Belle journée à toi

    Aimé par 1 personne

    Antonio Pavón a dit:
    mars 5, 2015 à 3:01

    Mais, pas très souvent, cela arrive de s’oublier de soi-même. Cet evêque était un saint. Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

      gavroche60 a répondu:
      mars 5, 2015 à 3:15

      Effectivement !
      Bonne journée Antonio 🙂

      J'aime

      Éric G. Delfosse a dit:
      mars 5, 2015 à 11:11

      Il était un Saint … ou il avait abusé de Saint … Zano ! 😈

      Aimé par 1 personne

        Antonio Pavón a dit:
        mars 5, 2015 à 11:23

        Ces hommes de Dieu pratiquent la sobriété, parmi d’autres vertus.

        J'aime

          Éric G. Delfosse a dit:
          mars 5, 2015 à 11:30

          On ne doit pas parler du même dieu (ou des mêmes hommes), alors, parce que ceux que je connais ont la demi-dalle en pente ! À des dégras divers. Certains plus que d’autres…
          Je me rappelle tout particulièrement d’un vieil ami (aujourd’hui aumônier dans une maternité près de chez moi) qui – quand nous étions plus jeunes – n’hésitait pas à entrer dans un bistrot en compagnie de trois autres hommes (mais pas de dieu, ceux-là), s’installait à une table de quatre (bin, oui, puisque nous étions quatre) et ne sortait du bistrot qu’une fois la table emplie de « cadavres » de Jupiler…
          Mais, bon, c’est vrai qu’il était « sobre » : il ne buvait qu’un verre à la foi(s) !

          😆

          Aimé par 3 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.