Les puces et la douane

douane

Le chef d’un bureau de péages fédéraux s’est trouvé, dit le Courrier de Genève, l’un de ces jours derniers, fort embarrassé en présence d’un petit colis dont la déclaration portait: « puces apprivoisées ».

Dans quelle catégorie classer ces intéressants animaux ? On avait bien, jadis, fait figurer des hannetons sous la désignation de « comestibles », mais, si les puces nous mangent, nous ne leur rendons pas la pareille. Dans le doute, le fonctionnaire fédéral en a référé à ses supérieurs qui ont transmis le cas à Berne.

La solution qui semble le plus probable est que le tarif fédéral des douanes, possédant une rubrique spéciale pour les « ménageries », les puces apprivoisées seront classées parmi les « animaux féroces ».

Paris, 1900.
Image d’illustration: douaniers français.

Publicités

3 réflexions sur “Les puces et la douane

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s