La Reine des fées et le petit berger

Publié le Mis à jour le

berger

Leur reine, belle, vénérable et majestueuse figure, disent les anciens, avait son palais et tenait sa cour dans les grottes profondes de la Pierre-Plate. Or un jour, une fée du Châtaigner apparut à un petit berger, qui frappait la Pierre-Plate du bout de sa houlette.

Enfant, lui dit-elle, voudrais-tu me rendre un service ?

Lequel ? madame, dit le berger, sans s’émouvoir de cette apparition soudaine.

Si lu voulais aller, chaque samedi, au marché de Luçon, chercher nos provisions de bouche, tu serais largement récompensé.

Je le ferais volontiers, madame, mais qui gardera mon troupeau, pendant mon absence ?

Qu’à cela ne tienne, enfant, dit l’aimable fée; je m’en charge, et tes moutons seront bien gardés.

Le petit berger complaisant ne voyait plus d’obstacle à rendre le service qu’on lui demandait. Il consentit au voyage hebdomadaire.

Ce voyage assez long (il y a six grandes lieues de pays, aller et retour), devait être bien dur, parfois, aux froides bises de l’hiver, ou pendant les grandes chaleurs de l’été. Mais il y a toujours profit à se montrer obligeant pour une fée, quand elle est bonne, riche et puissante. Et telle était la fée du Châtaigner.

Le samedi matin, le pastoureau venait à la Pierre-Plate, où il trouvait un billet de commission, avec de belles pièces d’or pour payer la journée et les frais d’achats.

Le soir, à son retour, il déposait fidèlement, sur la pierre, les provisions qu’il avait apportées.

Or, chose étonnante ! mais que la légende affirme, durant l’absence du berger, l’herbe fine et le plus frais gazon émaillé de thym et de serpolet, naissaient, par enchantement, dans la plaine, sous les pieds du troupeau. Les brebis engraissaient à vue d’oeil, et les passants les voyaient toujours immobiles à la même place. C’est que l’herbe leur naissait pour ainsi dire dans la bouche.

Tel était le pouvoir de la baguette magique de la fée de la Pierre-Plate, dans la commune de Curzon. Le petit berger devint bientôt l’homme le plus riche et le plus heureux du pays.

La reine des fées avait l’air de demander un service: c’était un gracieux prétexte pour donner cours à sa générosité princière. Elle voulait cacher, sous l’humble apparence d’une dette, les miracles de ses bienfaits.

La légende est des plus charmantes, et pour trouver plus de délicatesse dans le coeur d’une souveraine, il faut être chrétien, et penser, non pas à la Reine des fées, mais à la la Reine des anges.

Légende vendéenne.

17 réflexions au sujet de « La Reine des fées et le petit berger »

    Éric G. Delfosse a dit:
    avril 13, 2015 à 1:51

    Ô grand maistre de l’estrange !
    Ô Gavroche mon ami !
    Toi qui es au courant, par on ne sait trop quelle magie, de tout ce qui concerne les fées et gestes … heuuu … les faits et gestes de tout ce qui semble, en ce jour, surnaturel au commun des mortels, pourrais-tu, s’il te plaît, fouiller tes innombrables grimoires afin de tenter d’en extraite, s’il est possible, quelques histoires typiques de mon pays natal ?

    Bref…
    Je cherche, pour le sud de la Belgique (la partie francophone, du moins), tout ce qui se rapporterait aux traditions païennes d’il y a … un certain temps.
    Aussi bien du siècle dernier que du cinquième siècle avant JC…
    Problème : comme la Belgique a été christianisée vite et tôt, j’aime autant te dire que pour trouver quelque chose d’intéressant dans des livres officiels, il faut se lever tôt ! Très tôt !
    Est-ce que, « par hasard » (mais je ne crois pas au hasard), tu aurais dans ta bibliothèque l’une ou l’autre légende wallonne qui pourrait me permettre d’édulcorer un peu les articles que je devrais pondre sous peu pour la PFI Belgium ?
    Ce que je cherche, ce serait des histoire plus ou moins païennes, liées à des lieux relativement précis, comme … je ne sais pas, moi … par exemple l’histoire d’une source « miraculeuse » … ou d’une pierre « miraculeuse » … près de laquelle un … un esprit, un nain, un géant, que sais-je, … recevaient des offrandes, des prières, …, de la part des villageois pour … toujours par exemple, guérir de telle maladie, ou pour porter chance aux troupeaux ou que sais-je ?
    Tu vois ce que je veux dire ?
    Et si tu ne trouves pas, ma foi, tant pis, c’est que « il a été décidé quelque part » que je ne devrais pas laisser mon nom à la postérité en créant un recueil des lieux païens en Belgique… 😆
    Merci … et … bonne journée, Gavroche ! Et bonne journée aux autres aussi (aux autres qui, s’ils ont des matériaux à m’apporter sur le sujet, verront lesdits matériaux bienvenus également)…

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    avril 13, 2015 à 7:11

    Belle journée Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    Maître Renard a dit:
    novembre 9, 2016 à 11:11

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.