Le cannibale

boxe-française

A Medembick, en Hollande, deux jeunes gens, fils de bourgeois, aimaient la même jeune fille. Ils convinrent de se battre, pour savoir qui aurait le droit de lui faire la cour; ce devait être le vainqueur, cela va sans dire.

Au jour indiqué, la lutte eut lieu. Elle fut affreuse. L’un des combattants mordit l’autre et lui enleva le bout du nez. Il se croyait sûr de la victoire. Pourtant il déchanta très vite. La jeune fille, ayant horreur des cannibales, donna sa main à celui qu’il avait défiguré.

« Le Journal monstre. » Léo Lespès, Paris, 1857. 

Publicités

3 réflexions sur “Le cannibale

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s