Curiosités postales

Publié le Mis à jour le

postes-anglaises

La Nature publie de curieux renseignements empruntés aux rapports de l’administration des postes d’Angleterre. Il en résulte notamment que des gens naïfs, ou peut-être en avance de leur siècle, ont confié à la poste des poissons, des oiseaux à empailler, des salades, des fruits, des lézards, des vers à soie, de jeunes chats, des saucisses.

Dans la boîte aux lettres du bureau de Lombardstreet, on a même trouvé un petit épagneul vivant, ayant au cou un parchemin qui permît de l’envoyer à destination.

Il se perd en moyenne, chaque année, 800,000 lettres, qui ne peuvent être distribuées faute d’indication suffisante. Environ 25,000 sont jetées dans les boîtes sans aucune suscription; parmi ces dernières, il en est qui contiennent des valeurs. En 1883, sur 5,651,443 lettres à envoyer, 562,291 ne purent l’être; 26,293 n’avaient pas de souscription et 1,604 contenaient environ 150,400 francs de valeurs. L’année 1884 accuse environ les mêmes chiffres.

Dans un cas, un paquet contenant une montre et 50 francs fut remis à la poste sans être ni recommandé, ni scellé, ni attaché, et dans un autre une montre en or et un médaillon, empaquetés négligemment, furent adressés en Amérique, sans autre indication de l’envoyeur ou du destinataire.

En 1881, Une compagnie de Hull remit à la poste 300,000 circulaires pesant environ 20 tonnes et dont l’affranchissement coûtait environ 60,000 francs. Le tout fut expédié et distribué, sans confusion ni délai, dans les quarante-huit heures, sept wagons supplémentaires ayant été requis.

En 1885, une maison de Londres expédiait, en un seul jour, 132,000 lettres, et une autre 167,000 cartes postales; d’autres maisons de Londres envoyèrent d’un coup, l’une 144,000, l’autre 456,000 circulaires…

Cette année, une boîte expédiée par l’intermédiaire du nouveau service des colis postaux arriva à Greenock et fut ouverte par les autorités en conséquence d’un bruit étrange et inexplicable provenant de l’intérieur. Un hibou ordinaire, presque mort d’inanition, fut découvert et fut, après avoir été soigneusement nourri et ramené à des conditions normales, expédié par rail à son destinataire.

A Liverpool, en janvier dernier, une circonstance advint, laquelle, si elle était fréquemment répétée, causerait les plus graves ennuis au service postal. Quelqu’un, influencé par des motifs d’économie ou par toute autre raison, écrivit une lettre de vingt-six mots sur le dos d’un timbre poste de 10 centimes. Cette lettre d’un nouveau genre ayant été dûment distribuée, la farce fut renouvelée. Mais la troisième fois, le message ayant été écrit sur le dos d’un timbre de 5 centimes au lieu de 10, la somme de 10 centimes fut réclamée et obtenue à la distribution, par le facteur, pour l’affranchissement insuffisant.

« La Revue des journaux et des livres. »  Paris, 1885.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Curiosités postales »

    fanfan la rêveuse a dit:
    juin 14, 2015 à 9:03

    Bon dimanche Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    juin 15, 2015 à 7:26

    A l’Assemblée Nationale, ils ont même livré des pétards ! (bien-qu’une bonne partie du courrier se soit égaré -en fumée-)
    > Par recommandé postal, tonton François eut pu dissiper un peu ses peines de coeur.

    J'aime

    Maître Renard a dit:
    juillet 24, 2016 à 10:51

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s