Napoléon et l’amiral Malcolm

Publié le Mis à jour le

napoleon-malcolmLe gouvernement autrichien a autorisé la publication en langue française des « Rapports » du commissaire impérial, baron Sturner; délégué à Sainte-Hélène par son gouvernement pendant l’internement, de Napoléon 1er.

Les conversations de l’empereur déchu sont soigneusement relatées. Il en est de fort curieuses. Voici son entretien avec l’amiral Pulteney Malcolm sur sa détention à Sainte-Hélène:

Bonaparte. — Vous me tiendrez toujours ici ?

L’amiral. — Je le crois.

Bonaparte. — N’avez-vous pas d’autres colonies ?

L’amiral. — Vous n’y seriez bien sous aucun rapport.

Bonaparte. — Ce qu’on fait à Sainte-Hélène est absurde, ridicule; tenez, ce soldat sur la pointe de ce rocher, à quoi sert-il ? Craignez-vous que je ne m’échappe ? Un oiseau le pourrait-il ? Je conçois que la ville me soit interdite, c’est assez naturel. Mais hors de là je devrais être libre.

L’amiral. — Vous l’êtes ; on ne vous empêche pas même d’aller en ville.

Bonaparte. — Avec cet officier (le capitaine Popleton) à mes trousses ? Ce serait me dégrader, me reconnaître prisonnier. Je ne le suis pas.

L’amiral. — On ne peut plus cependant vous traiter en souverain.

Bonaparte. -— Et pourquoi pas ? Qu’on me laisse ces honneurs, comme un amusement dans ma position. Sur ce rocher, quel mal peut-il faire ?

L’amiral. —- Il faudrait donc vous donner le titre d’empereur ?

Bonaparte. (Après un moment de réflexion.) — Non, j’ai abdiqué.

L’amiral. — Vous ne voulez pas être appelé général ?

Bonaparte. —- Je ne le suis plus depuis mon retour d’Egypte. Tout autre nom me convient. Qu’on m’appelle Napoléon.

L’opinion de Napoléon 1er sur les Prussiens est également fort curieuse :

L’amiral. —- Que pensez-vous des Prussiens ?

Bonaparte. — Ce sont des coquins.

L’amiral. — Et de leur armée ?

Bonaparte. — Il m’en a coûté si peu pour l’écraser à Iéna avec les manoeuvres de Potsdam, que j’ai été surpris moi-même de ma victoire.

L’amiral. — Mais elle a changé depuis ?

Bonaparte. — Un peu.

 » Revue des journaux . » Paris, 1885.

3 réflexions au sujet de « Napoléon et l’amiral Malcolm »

    fanfan la rêveuse a dit:
    juin 30, 2015 à 7:05

    Belle et agréable journée Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    Maître Renard a dit:
    avril 12, 2016 à 4:12

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.