« Jamais loup n’a vu son père »

Publié le Mis à jour le

loup

La crainte qui subsistait autrefois plus qu’aujourd’hui parmi le peuple, et surtout parmi les paysans, au sujet des revenants et du loup garou, a une origine bien ancienne.

De nombreux Français vivant dans les campagnes étaient plongés dans l’idolâtrie; ils croyaient que certaines druidesses, à force de méditations, parvenaient à pénétrer les secrets de la nature, et qu’elles acquéraient le pouvoir surnaturel de métamorphoser les hommes en loups (lycantropie). Cette métamorphose s’appelait, au commencement du douzième siècle, werwoulf, du mot wolf, qui signifie loup.

Au dix-huitième siècle, la révolution française a fait plus encore, elle en a changé beaucoup en tigres. Quant à l’origine du proverbe, voici ce qu’en dit Gaston Phœbus, comte de Foix, dans son livre de la Chasse :

« Lorsque la louve entre en chaleur, elle se trouve aussitôt accompagnée d’un loup, qui, l’ayant flairée, se met à la suivre. Celui qui arrive ensuite flaire le loup et se met à suivre celui-ci; le troisième de même à la queue du second ; et de queue en queue il se fait une grande traînée de loups. La louve, se sentant caressée et suivie, comme la nature de toutes les femelles est de se faire courtiser, elle court de côté et d’autre sans s’arrêter. A la fin, lasse et rendue, elle commence à se reposer la première, ce que font aussi tous les loups; mais comme ils sont tous fatigués, ils s’endorment et la louve s’adresse au pire de la troupe, qui a été le premier en date. Elle s’accouple avec lui, et, après en avoir reçu ce qu’elle désire, elle s’éloigne de tous les autres avant qu’ils se réveillent. Revenus de leur assoupissement, ils reconnaissent à l’odorat celui qui les a tous supplantés, et, furieux de l’absence de la louve, d’un commun dépit, ils le dévorent; c’est ce qui a fait dire, que jamais loup n’a vu son père. »

« Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophthegmes dérivés des moeurs, des usages, de l’esprit et de la morale des peuples anciens et modernes… »  Méry, Paris, 1828.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.