Un duel de femmes

Publié le Mis à jour le

duel-de-femmes

A la bonne heure au moins, voilà deux femmes qui font honneur à leur sexe et qui humilient joliment le nôtre. Aujourd’hui, chacun sait ça, le duel n’est plus qu’un prétexte à ripaille. On se bat, c’est le cas de dire, à la fourchette, et l’on ne s’envoie des injures au visage que pour s’expédier dans l’oesophage quelques douzaines d’huîtres escortées d’un chablis plus ou moins authentique.

Les femmes dont il s’agit ici n’appartiennent pas précisément aux classes dirigeantes. On peut même dire qu’elles ont été fort mal dirigées, mais nous leur savons gré de jeter un grain de poésie dans le fade ragoût de l’épicerie contemporaine. Elles ont une épée à la main, comme vous pouvez le voir dans l’émouvant dessin en tête de cet article, mais elles ont eu aussi un coeur, et elles aiment, les pauvres femmes !

Et elles aiment terriblement, puisqu’elles poussent le fanatisme jusqu’à vider d’estoc et de taille les querelles de deux mauvais drôles, leurs amants, qui ont eu des discussions chez le mastroquet du coin.

Les deux hommes dont il s’agit sont des saltimbanques qui ont jadis été prévôts d’armes. Or, dites-moi donc quel est le saltimbanque qui n’a été peu ou prou prévôt d’armes dans un régiment imaginaire. Ces messieurs ont cependant du bon. Ils sont bizarres.

Tiens, dit l’un, tu n’est qu’un pignouf, et nous allons nous battre si tu veux.

Allons donc, fait l’autre, un malin et un courageux personnage, j’ai mieux que ça.

Toi ? tu es capable d’inventer quelque chose.

Un peu, mon neveu.

Narre, pour voir.

Voici la chose subséquemment. Si, au lieu de nous disséquer mutuellement le torse à coups de flamberge, nous chargions nos femmes de cette délicate mission ?

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Ces dames s’en vont au bois de Vincennes, et les voici qui s’escriment sous les yeux de leurs nobles amants.

Gugusse triomphe ! Polyte rayonne. Le sang coule, n’importe, le combat continue avec furie.

Il n’y a pas comme les femmes pour battre et se battre.

Il se trouve que Paméla se paie deux pouces de fer dans l’épaule.

Chouette ! crie Gugusse.

C’est pas fini, fait Polyte, tu connais pas la gonzesse, elle ne lâchera pas.

Et en effet, les deux femmes se battraient encore si deux gardes n’étaient survenus qui firent main basse sur l’édifiant quatuor dont nous venons de chanter les exploits.

Nous demandons l‘élargissement des femmes, mais nous prions le tribunal de n’être pas d’une tendresse ridicule à l’endroit des deux gredins qui se paient des voluptés renouvelées de l’antique. Ils trouveraient trop d’imitateurs

« Le Crime illustré. »  Paris, 1881.

7 réflexions au sujet de « Un duel de femmes »

    fredonnezmoi a dit:
    octobre 28, 2015 à 5:47

    Un bon dictionnaire, ces pages CNRTL 🙂
    http://www.cnrtl.fr/definition/flamberge

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    octobre 28, 2015 à 6:46

    Il faudrait souligner GONZESSE (employé à l’époque ?)
    = sorte de MEUF qui colle au pantalon de son MEC et qui l’exalte à l’arrogance.
    (elle est aussi toujours prête à baver des insanités sur une rivale)
    ~~cette définition n’existe pas sur Wikipédia~~

    Aimé par 1 personne

      gavroche a répondu:
      octobre 28, 2015 à 7:26

      Le texte est bien de 1881; je n’ai modifié aucun mot 😉

      J'aime

        jmcideas a dit:
        octobre 28, 2015 à 8:21

        Merci, pour le lien de ‘fredonnezmoi’ CNRTL, qui en dit plus et mieux !

        J'aime

    fanfan la rêveuse a dit:
    octobre 29, 2015 à 8:14

    Quelle galanterie et courage ont ces messieurs…
    😦

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.