Beurre & radis

Publié le Mis à jour le

Emilie Mediz-Pelikan
Emilie Mediz-Pelikan

Radis roses et coquilles de beurre, olives vertes et piments rouges, sardines d’argent, écrevisses de pourpre et concombres d’or, crevettes mignonnes, saucissons d’Arles aux rondelles appétissantes, melons exquis aux chaires fondantes et embaumées, ce sont là les joyeux préludes du festin, les charmantes bagatelles de la porte, si douces en cuisine et en amour !

Patience ! la faim va venir, et tout à l’heure nous mettrons les cuillers étincelantes dans les plats fumants, les fourchettes légères dans les assiettes blanches.

En attendant, amusons-nous ; taquinons l’appétit, badinons avec la bouche et croquons les radis roses.

Il est apéritif, le radis rose, et gai comme un sourire de jeune fille. Allongé, c’est un pendant de corail;  arrondi, c’est une breloque tombée dans du jus de framboise. Il est coquet, il est mignon, il est charmant. Il entrerait dans la bouche d’une poupée et son poids serait léger au bec d’une mésange ou d’un pinson.

A son pied il porte des radicelles blanches, vaporeuses et fines comme des fils de la Vierge, et sur son habit rose il met un panache vert.

C’est le chevalier Printemps des potagers, le radis rose.

Il y a des radis blancs, des gris, des jaunes, des violets. Le plus délicat et le plus joli, c’est le radis commun, le radis rose.

Le radis est originaire de la Chine. Vers la fin du moyen âge, il fut importé en Europe par un moine dont le nom est publié, mais dont l’âme certainement est au ciel.

En 1839, le capitaine Geoffroy dota nos tables et nos jardins d’un délicieux radis blanc qu’il apporta du Céleste Empire. Sa forme originale et gracieuse rappelle une toupie renversée. Les plus estimés des radis sont le blanc de Hollande et le rose de Metz.

« Deux sous la botte, les radis roses ! » Ce fruit charmant est à la portée de toutes les lèvres. Il étale son panache vert sur les tables aristocratiques et, gagnant, son atelier, la petite ouvrière trottine le long des rues en croquant ses radis roses.

Le radis est un bon enfant qui ne se fait pas prier. On le sème, il pousse, il a poussé, il est mûr, on le croque. Il est croqué, on le remplace. Que lui faut-il ? Un peu de terre légère et fraîche, égayée d’un rayon de soleil. Il ne vient pas, il s’improvise.

« Deux sous la botte ! » Quand il passe, en riantes corbeilles, dans la voiture du marchand, on dirait un bouquet de petites roses de Bengale, au milieu des narcisses et des bluets.

Aux Halles de Paris, les radis nous arrivent par charretées de la jolie vallée de Chevreuse, où les maraîchers le cultivent sur une grande échelle. Et c’est un gracieux tableau que tous ces chariots rustiques serpentant le long des chemins, tout chargés de corail.

Ils vont se faire croquer à Paris, les petits radis roses.

Le radis est l’éphémère des jardins. Il pousse, il mûrit, il passe dans un rayon de soleil. Croquons-le tant qu’il est jeune et tendre. C’est pour cela qu’il est venu dans un coin choisi du jardin, près dès fraises et des verveines.

Apporte-moi la corbeille, Denise, et faisons la cueillette, car ils vont passer les radis que tu semas l’autre jour de les doigts légers, comme passeront les printemps et les automnes, la jeunesse et l’amour, comme passeront bientôt les fraîches couleurs qui brillent dans les fossettes de tes joues roses.

Fulbert Dumonteil. Paris, 1887.
Publicités

5 réflexions au sujet de « Beurre & radis »

    karouge a dit:
    novembre 6, 2015 à 10:40

    cet article a un petit goût de Vialatte.

    Aimé par 2 people

    jmcideas a dit:
    novembre 12, 2015 à 12:33

    Le radis (j’en raffole) est capricieux dans sa culture: Le semer parcimonieusement est déjà une gageure -Son terrain de prédilection en est une autre -Son arrosage et sa fertilisation, un exploit – En toute chose, trop ou pas assez, amène à une récolte désenchantée: Trop long, trop petit, creux ou sans piquant !
    Je ne tenterais plus de rivaliser avec la botte (secrète) du marché !

    Aimé par 1 personne

    Maître Renard a dit:
    janvier 11, 2017 à 4:07

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    Aimé par 1 personne

    ROCAFORT a dit:
    janvier 11, 2017 à 7:17

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s