Les abeilles à la noce

Publié le

noce-abeilles

Cette scène, qu’il est permis de qualifier de piquante, s’est passée dans la petite commune de Roussillon, dans l’Isère.

Au moment où une noce allait pénétrer dans l’église, un essaim d’abeilles l’assaillit. Ce fut une débandade désordonnée, la jeune mariée fuyant la première et cherchant à protéger contre les mouches irritées ce charmant visage que couronnaient des fleurs sans miel. Vaine défense, et autour d’elle la lutte était également pitoyable entre les invités et les mouches importunes.

Une brave femme, prenant le tumulte pour une bagarre, prévint la gendarmerie. Celle-ci accourut, mais dut battre en retraite. Le cortège nuptial réussit enfin à pénétrer dans l’église, dont les portes furent précipitamment closes. Mais quelques abeilles avaient pu suivre leurs victimes et durant la cérémonie un sourd bourdonnement d’orgue se faisait entendre : c’étaient les prisonnières qui cherchaient la clé des champs.1abeille

« Le Petit Journal illustré. »   Paris, 1912.

7 réflexions au sujet de « Les abeilles à la noce »

    Éric G. Delfosse a dit:
    novembre 21, 2015 à 6:22

    Une histoire qui fait le BZZZZ ?

    Aimé par 3 personnes

    karouge a dit:
    novembre 21, 2015 à 9:29

    heureux habitants de Roussillon, qui ne furent pas confrontés au gros bourdon de Notre Dame (mais nous comprenons que les parisiens l’aient encore de nos jours dans les oreilles, le bourdon, surtout qu’ils ne sont pas à la noce). Courage et amitiés !
    (https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_%28bourdon%29)

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    novembre 22, 2015 à 10:14

    Bon dimanche Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    novembre 22, 2015 à 5:06

    et elles reviendront pour les noces de cire

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    novembre 22, 2015 à 6:17

    Les abeilles sont calmes, en général…si on ne les effraie pas- j’en veut pour preuve un essaim, au dessus d’un dîner dansant, où elles se contentaient de venir siroter dans nos verres de grenadine (que l’on pourtant vite remplacé par du pastis 51) la suite est illustrée par l’animation de Juliette, ci-dessus.

    Aimé par 1 personne

    Maître Renard a dit:
    décembre 23, 2016 à 8:52

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.