Deux anecdotes sur les bourreaux

Louis-Deibler

La première remonte au temps, déjà lointain, où la fonction de Monsieur de Paris était héréditaire dans la famille Samson. Or, en ce temps-là, en matière d’exécutions capitales, on trompait souvent le peuple, comme dit Jean Hiroux, en remplissant le corbillon final de sciure de bois au lieu de son.

Un beau matin même, il ne se trouva absolument rien dans le panier sinistre, et le sang de la tête fraîchement coupée put couler à son aise à travers les interstices du treillis d’osier.

Le lendemain, une gazette (les gazetiers ont toujours été sans pitié) imprimait ce qui suit :

« Samson est sans son ! Ceux qui lui ont volé son son sont bien coupables ! »

La seconde anecdote se passe en province, à l’époque, également bien lointaine déjà, où M. Deibler ne faisait point toute la besogne et où il restait encore des bourreaux dans un certain nombre de départements.

L’exécuteur des hautes oeuvres de la ville de G… habitait, dans un faubourg éloigné, une petite maison isolée où il ne fraternisait guère qu’avec le fossoyeur et le gardien du cimetière.

Certain soir, un jeune homme d’aspect cossu et distingué, étranger à la ville, frappa à la porte de la maison pestiférée. Ce jeune homme était un voyageur, sujet à de fréquentes migraines, qu’un mauvais plaisant, rencontré à table d’hôte, avait envoyé chercher un spécifique infaillible, un remède souverain contre les maux de tête… chez le bourreau !

Le jeune homme, quoique devenu vieux depuis cette lugubre mystification, court probablement encore.

« La Revue des journaux et des livres. »  Paris, 1887.

Publicités

4 réflexions sur “Deux anecdotes sur les bourreaux

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s