Un cas de divorce

Publié le

restaurant

Le fait, pour un mari, de constater que par trois fois, au cours d’un repas, sa femme se sert du verre de son voisin de table, constitue-t-il un cas de divorce ?

Oui ! vient de déclarer le tribunal civil, le geste de par sa répétition même, ne pouvant être considéré comme le fruit d’une distraction, est bien une attitude injurieuse à l’égard du mari.

Il ne faut donc boire dans le verre de son voisin que si le mari n’est pas là.

« La Revue limousine. »  Limoges, 1926.

10 réflexions au sujet de « Un cas de divorce »

    le blabla de l'espace a dit:
    décembre 8, 2015 à 11:15

    ouais , bon,

    Aimé par 1 personne

      gavroche a répondu:
      décembre 8, 2015 à 11:24

      Le mari devrait plutôt être ravi qu’elle ne se serve pas dans son propre verre ! 😀

      Aimé par 2 personnes

        fanfan la rêveuse a dit:
        décembre 9, 2015 à 8:04

        Peut-être devrait-il se remettre en question et chercher le pourquoi d’une telle attitude 😉
        Plus simple et moins coûteux non ?
        🙂

        J'aime

    Pimpf a dit:
    décembre 8, 2015 à 11:31

    il vaut mieux donc ne pas être étourdi(e) et boire dans son propre verre 🙂

    Aimé par 1 personne

    le blabla de l'espace a dit:
    décembre 8, 2015 à 12:20

    remarques ya de quoi se poser la question, si tu vois ta femme boire dans le verre du voisin comme si elle etait en intimité avec lui,

    Aimé par 2 personnes

    karouge a dit:
    décembre 8, 2015 à 1:41

    en fait, il s’agit uniquement d’un problème d’alcool : au bout des premiers verres, l’ivresse s’installe ET dédouble la vue. L’épouse, qui a déjà quelques problèmes de vue (elle louche), croyant saisir son verre, saisit par inadvertance celle de son voisin (qui est réellement son amant, mais cela ne saura admis qu’après le rapport du détective embauché par le mari).
    Finalement, le mari n’a qu’un désir, celui de se séparer de sa femme atteinte de strabisme. Pour atteindre son but, il l’incite à boire lors de réunions festives, paie un détective pour créer de fausses preuves, et finit devant le tribunal civil, blanc comme neige. Ah, ces hommes !

    Aimé par 4 personnes

      gavroche a répondu:
      décembre 8, 2015 à 2:07

      Expliqué de la sorte, je comprends mieux ! 😀

      J'aime

    jmcideas a dit:
    décembre 9, 2015 à 10:23

    On peut apercevoir aussi ce fait (plus discret): Sa femme faisant la cuisine d’un ‘coq au vin’, termine en catimini la bouteille, où le plat n’a exigé qu’un verre ! (ici, la plainte du mari n’est pas recevable) 😀

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.