Lord Byron et la jeune personne

Publié le Mis à jour le

lord-byron

Lord Byron n’était ni avare, ni prodigue, comme on s’est plu à le dire : il veillait à ses intérêts, ne souffrait point qu’on le trompât, et se faisait rendre un compte exact de ses revenus, parce qu’il trouvait absurde et immoral de laisser un champ libre aux fripons. Mais, dès qu’il s’offrait une occasion de dépenser noblement, il sacrifiait des sommes considérables, dans un but utile.

Il mettait aussi une grâce extrême dans sa manière d’obliger. On sait qu’une jeune personne de beaucoup de talent se trouvant dans une situation très malheureuse, se présenta chez lui à Londres, pour le prier de souscrire à un volume de poésies qu’elle allait publier. Lord Byron n’était pas marié alors; et, comme s’il eût deviné ce que cette démarche pouvait avoir de pénible et d’embarrassant pour celle qui la faisait, il mit tous ses soins à lui rendre du calme. Il lui parla de choses indifférentes, mais avec tant d’abandon et d’amabilité, qu’elle oublia le motif de sa visite.

Tout en causant avec elle, lord Byron écrivit quelques mots sur un morceau de papier, et le lui mit dans la main, en disant que c’était sa souscription à l’ouvrage. Il ajouta :

« Nous sommes tous deux jeunes, le monde est un impitoyable censeur; et, si mon nom était en tête de la liste des souscripteurs, je craindrais que cela ne vous fit plus de tort que de bien. »

La jeune personne prit congé de lui, et dans la rue elle ouvrit le papier qu’il lui avait remis : c’était une traite de cinquante guinées sur son banquier.

« Lord Byron. Tome 1. »  Louise Swanton  Belloc. Paris, 1824.

8 réflexions au sujet de « Lord Byron et la jeune personne »

    francefougere a dit:
    janvier 16, 2016 à 5:38

    Quelle délicatesse – merci pour ce bel article 🙂

    Aimé par 2 personnes

      gavroche a répondu:
      janvier 16, 2016 à 5:55

      Je « feuilletais » de ci de là, et voilà 🙂

      J'aime

    karouge a dit:
    janvier 16, 2016 à 9:15

    « …une traite de cinquante guinées sur son banquier » Le banquier a dû faire le dos rond. Et la jeune femme ronron, merci Lord Byron ! (rappelons qu’il était bisexuel). Pour celles et ceux -dont je fais partie-qui ne le connaissent que de nom et qui ont cinq minutes devant eux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lord_Byron

    Aimé par 2 personnes

    agneslise a dit:
    janvier 17, 2016 à 12:01

    Ton blog m’interpellant beaucoup et me plaisant tout autant, j’ai le plaisir de t’informer que je t’ai nominée aux Liebster Awards.
    Un challenge t’attend sur mon blog, à très bientôt de lire tes réponses à ce challenge !
    Amitiés !

    Aimé par 1 personne

      gavroche a répondu:
      janvier 17, 2016 à 11:41

      N’étant pas à jour des précédentes nominations, il va falloir être patiente, très patiente…
      Il ne faut pas m’en vouloir, je suis bien maladroit quand il s’agit de parler de moi.. 🙄
      En tout cas, tu me vois extrêmement honoré de figurer dans la liste ! Merci 🙂

      J'aime

    fanfan la rêveuse a dit:
    janvier 17, 2016 à 10:32

    Bon dimanche Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    janvier 18, 2016 à 9:49

    En soit, du sponsoring sans avoir à porter un Tshirt au nom d’une marque
    ~~Les intérêts pécuniaires, seuls, sont la honte des temps modernes~~

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.