Les pérégrinations d’une carte d’invitation

Valadimir-Fyodorovich-von-der-Launitz

Lorsque le général Launitz, le préfet de Saint-Pétersbourg, fut assassiné, voici quelques mois, on découvrit que la carte d’invitation qui servit au meurtrier était celle… du premier ministre, M. Stolypine.

M. Stolypine n’avait pas utilisé sa carte qui était tombée entre les mains d’un agent de la sûreté spécialement « affecté à sa personne ». Cet agent l’avait offerte au meurtrier.

Il y a des auteurs qui ont écrit pour les enfants l’histoire d’une pièce de deux sous. On pourrait faire un conte tragique avec l’histoire de cette carte d’invitation.

« Ma revue. Hebdomadaire. »   Paris, 1907.

Publicités

8 réflexions sur “Les pérégrinations d’une carte d’invitation

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s