Whittington et son chat

Publié le

Richard-Whittington

La souris joue un rôle dans les traditions de l’Angleterre. Tout le monde connaît l’histoire de Whittington et de son chat. Le jeune Richard Whittington était, dit la chronique, un pauvre enfant qui vint un jour à Londres pour chercher fortune.

Reçu par charité dans la maison d’un marchand, il acheta, sur ses premières économies, un chat dont il mit à profit les services pour débarrasser sa chambre des souris qui s’y permettaient toute sorte de libertés. Le marchand ayant armé un navire qui allait visiter les côtes de l’Afrique, exigea que tous les employés de la maison fournissent quelque chose à la cargaison. Whittington alors apporta tout ce qu’il possédait dans le monde son chat.

On riait, mais le chat fit merveille. Au bout de quelques mois, le maître appela Whittington dans son cabinet et lui annonça le succès inespéré qu’avait obtenu cet article de marchandise. Le chat avait été acheté un prix fou par un roi d’Afrique dont le palais était infesté par les souris. Il est inutile de dire que le chat était un animal inconnu dans ces contrées.

Whittington, enrichi, fut plus tard comblé d’honneurs, et devint, dit-on, maire de la cité de Londres.

« La Semaine des enfants. »  Paris, 1866. 
Publicités

8 réflexions au sujet de « Whittington et son chat »

    coquelicotetcompagnie a dit:
    février 14, 2016 à 4:54

    Chat alors!!!

    Aimé par 3 personnes

    francefougere a dit:
    février 14, 2016 à 5:24

    Le chat voyageur mais on n’a pas demandé son avis. Préférait-il la chambre de son ami ou le palais princier ?Ailleurs les souris sont-elles plus dodues ?

    Aimé par 1 personne

      gavroche a répondu:
      février 15, 2016 à 5:24

      Encore un chat opportuniste ! comme beaucoup de ses collègues 🙂

      J'aime

    fanfan la rêveuse a dit:
    février 15, 2016 à 8:13

    Bonne journée Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    karouge a dit:
    février 15, 2016 à 4:18

    Avec l’évolution (darwinienne?), je constate que parmi mes sept chats (sans compter les sauvageons alentour) aucun ne s’est encore précipité pour croquer la souris de mon ordinateur. Mais je sais que, fatalement, cela arrivera. Et alors, ils me vendront sur « le bon coin », en tant que clown .

    Aimé par 1 personne

    gavroche a répondu:
    février 15, 2016 à 5:26

    L’immense Grock !
    Merci !!! 🙂

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.