Familiarité intempestive

Publié le Mis à jour le

le-Temple-de-la-Gloire

Voltaire, pour complaire à Madame de Pompadour, avait composé, en l’honneur des victoires de Louis XV, au retour de la guerre des Pays-Bas, un ballet intitulé le Temple de la Gloire.

Ce ballet héroïque où le roi était désigné sous le nom de Trajan fut exécuté par des seigneurs et dames de la cour. Les rangs étaient confondus, et dans ce jour l’on semblait avoir banni toute étiquette. Voltaire se trouvait placé dans la logo royale, derrière Sa Majesté. Sur la fin de la pièce, et dans un moment d’enthousiasme provoqué en lui par son propre ouvrage, l’auteur du ballet saisit dans ses bras celui qui on était le héros, en s’écriant :

« Eh bien ! Trajan, vous reconnaissez-vous là ? » 

A l’instant le spectacle est interrompu, des gardes s’emparent de l’irrévérent et le conduisent en lieu de sûreté. Mais le mouvement était trop flatteur pour que celui qui en avait été l’objet ne fit pas grâce à celui qui avait pu croire que la composition d’un ballet était un brevet de familiarité auprès d’un puissant roi.

« Musée des familles. »  Paris, 1897.

8 réflexions au sujet de « Familiarité intempestive »

    Anne de Louvain-la-Neuve a dit:
    février 28, 2016 à 9:07

    Savoureux ! Mais où pêchez-vous tout ça ? Dans une immense et sombre bibliothèque remplie des mémoires de l’humanité ?

    J'aime

      gavroche a répondu:
      février 28, 2016 à 10:05

      Je ne fais que farfouiller sur Gallica (la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France),
      en utilisant quelques bons mots-clefs ( ayant préalablement une petite idée sur ce que je recherche).

      http://gallica.bnf.fr/

      Mais chut ! faut pas le répéter 🙄

      J'aime

    fanfan la rêveuse a dit:
    février 28, 2016 à 9:08

    Bon dimanche Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    mars 1, 2016 à 11:05

    Voltaire; On ne s’en lasse pas de son tempérament à brocarder la cour….il faisait effectivement dans la débauche de familiarités (Rebelle, juste ce qu’il faut, pour ne pas l’envoyer aux fers)
    Ainsi il est encore possible de crier « casse-toi de là, pov’ con  » ou ‘nettoyez-moi tout ça au Karcher »
    (navré de la dérive)

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.