Robert Surcouf

Publié le Mis à jour le

robert-surcouf

Ce fut en 1796, que se fit connaître pour la première fois dans les mers de l’Inde, un des plus intrépides corsaires dont les annales maritmes aient conservé le souvenir.

Robert Surcouf allant acheter du riz au Bengale, rencontra trois navires marchands anglais, escortés d’un schooner armé. Présumant que ces trois navires étaient chargés de la denrée qu’il allait chercher au Bengale, il pensa qu’il s’épargnerait le voyage et le prix d’achat en s’en emparant. Cette idée sourit à son équipage : le schooner fut enlevé et les trois navires amarinés.

Il continua à tenir la mer avec le schooner, quoique n’ayant que 19 hommes d’équipage. Ayant rencontré un navire à trois mâts qui hissa pavillon anglais, il fit cacher son monde,

resta seul sur le pont, et manœuvra pour ranger le bâtiment anglais bord à bord : c’était le Triton, vaisseau de la Compagnie des Indes, armé de vingt-six canons de douze, et monté par 150 hommes.

Dès que les deux navires se touchèrent, Surcouf, avec ses 19 hommes, s’élança sur le pont, où s’engagea un combat furieux, à la suite duquel les Français restèrent maîtres du Triton

Robert Surcouf est né le 12 décembre 1773 à Saint-Malo. Il décède le 8 juillet 1827 à Saint-Servan.

« France militaire : histoire des armées françaises de terre et de mer. »   : Société de militaires et de gens de lettres. Paris, 1838.
Publicités

6 réflexions au sujet de « Robert Surcouf »

    francefougere a dit:
    février 28, 2016 à 2:37

    Vus de près, ou plutôt loin de toute légende véhiculée notamment par une certaine cité corsaire qui en fait son fonds de commerce, ces corsaires ne sont que des voleurs sur mer … On  » s’empare  »  » on s’empare « …

    Aimé par 1 personne

      gavroche a répondu:
      février 28, 2016 à 3:31

      De nos jours, ils sévissent dans les Centres d’impôts !

      Aimé par 3 personnes

      karouge a dit:
      février 28, 2016 à 7:13

      A noter qu’il existe une différence entre pirate et corsaire. C’était également un autre époque. Vous en jugerez, concernant Surcouf, avec ce lien https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Surcouf

      J'aime

        gavroche a répondu:
        février 29, 2016 à 9:10

        Dans le langage commun, pirate et corsaire se rapportent à la même chose : un bandit qui sème la terreur sur les mers en pillant les navires. En réalité, ces deux termes représentent deux pratiques opposées.

        Le « Jolly Roger », ce drapeau pirate connu de tous, est l’un des symbole de la piraterie. Il était orné de symboles choisit par le capitaine du bateau, qui faisait ainsi passer un message : les crânes et les tibias était des symboles macabres, mais on pouvait retrouver des sabliers, se rapportant au temps qui passe, ou encore des cœurs, des gouttes de sang ou des inscriptions…
        .
        En effet, le pirate est un hors-la-loi qui s’attaque à tous les navires, marchands ou militaires, sans distinction de nationalité ou de cargaison. Il tue à foison et récolte l’or pour son bénéfice personnel. Il a toujours existé et aujourd’hui encore on trouve des pirates, notamment au large de la corne de l’Afrique ou dans le golfe de Guinée.

        De son côté, le corsaire est un civil qui fait la guerre comme les marins du roi, sur ordre duquel il agit. Le souverain lui fournit une lettre de marque, qui est une autorisation à prendre la mer pour s’attaquer à des navires ennemis. Le corsaire ne peut attaquer qu’en temps de guerre et ses cibles sont exclusivement des navires marchands. S’il est capturé par l’ennemi, il bénéficie du statut de « prisonnier de guerre », contrairement au pirate, qui est la plupart du temps pendu. Seule la cargaison du navire intéresse le corsaire et non les effets personnels des marins. De plus, le corsaire a interdiction de tuer.

        Le pirate français le plus célèbre est sans aucun doute Jean Lafitte. Il a écumé les mers au début du XIXe siècle, participant notamment à la bataille de la Nouvelle-Orléans en 1815. Du côté des corsaires, on peut retenir Jean Bart (XVIIe siècle), célèbre pour ses nombreuses batailles remportées face aux Anglais et aux Hollandais, et qui finira commandant de la Marine royale à Dunkerque. Etienne Pellot, mort en 1856, est quant à lui le dernier corsaire français connu.

        http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/pirate-ou-corsaire

        Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    février 29, 2016 à 5:35

    A l’évidence, quelques points de caractéristiques sont à apporter aux vaisseaux nommés dans le récit dessus…… à travers le premier fait d’armes de SURCOUF, que voici:
    Comme on le sait Surcouf était à bord de son modeste brig ‘LE HASARD’ de 45 tonneaux, 25 hommes et un mousse, lorsqu’il tendit un piège au TRITON anglais, un 1500 tonneaux, armé de 28 pièces de batterie et quelques autres sur son pont -Le brickaillon avec ses quatre pierriers paraissait bien misérables a risquer le combat -C’est à la faveur d’un brouillard très dense et dans un silence absolu qu’il osa aborder le géant qui dort, par son travers et sous le vent.
    Les grappins s’enlacent dans ses agrès de tribord… sous la houlette de Surcouf, ses hommes empruntent les basses vergues, et sautent sur le pont ! A La mort des Anglais répond leur étonnement et la panique dans leur affolement à quérir des armes. Une centaine fut prise au piège sous les écoutilles -Surcouf compta ses hommes, ils n’étaient plus que 20 –
    Décision honorable, en commun, fut prise de laisser échapper les Anglais à la mer par les hublots, en leur indiquant de prendre LE HASARD à la place !
    Mais cette bonté fit revenir sur eux, quelques temps plus tard ‘Les Révoltés’ (Le REVOLTE, nom qui fut donné au brig, ensuite)
    Sur le TRITON, quelques voiles hissées a la hâte leur permirent de se dégager beaucoup plus rapidement, sous la mitraille; non s’en avoir abattu de quelques boulets, les 2 mâts de leur ancien navire! .
    A un mois de là, LE TRITON surmonté du pavillon Français, entrait à port Maurice.
    [Référence: ~Gloires & Souvenirs Maritimes~1922]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.