A l’exemple des patriarches

adam-eve-paradisUn fermier américain du nom de S.-P. Duismoor conçut, nous conte Pierre Sée, l’idée, incontestablement peu banale, de construire un paradis terrestre dans le Kansas, sur le modèle de l’Eden, décrit dans les livres saints.

Il mit trente ans, un peu plus que l’Eternel nécessairement, à débrouiller son petit chaos particulier. Et quand il eut édifié son paradis, il s’en proclama l’Adam. Il ne lui manquait plus qu’une Eve. Malheureusement il avait perdu un peu de temps en jardinage et travaux d’ornementation et il s’aperçut qu’il avait alors quatre-vingt-un ans.

C’était un peu mûr pour une gentille voisine. Néanmoins, l’idée d’être maîtresse en ce paradis (peut-être aussi d’y rencontrer le serpent) fit qu’une Eve, jeune et jolie se présenta. Le mariage eut lieu. Il vient de porter ses fruits. Ce n’est pas une pomme, mais un petit homme, joufflu, fessu et rose comme les anges du Paradis d’en haut.

Le Seigneur fut reconnaissant à Duismoor et, en sa bienveillance, voulut que son âge ne trompât point sa généreuse envie.

Vous pensez si tout le monde parle de ça dans le Kansas !… Les méchantes langues vont même jusqu’à attribuer au malin (ou au tout autre tentateur) cette naissance assez exceptionnelle.

Cependant Abraham créa un précédent.

Félicitons toujours Duismoor.

« Comoedia. »  Paris, 1927.

Publicités

5 réflexions sur “A l’exemple des patriarches

  1. j’espère que le petit ne s’appelait pas Cain 😉 étonnant cette histoire mais pourquoi pas mais cela me rapelle une histoire drôle que tu dois surement connaitre :

    « Un homme de 80 ans va chez son médecin. Ils se mettent à discuter et le vieillard dit :
    – Vous savez, ma femme de 30 ans … bien elle est enceinte ! j’assure quand même bien pour mon âge, hein ?
    Le médecin :
    – Ecoutez, je vais vous raconter une histoire. Il était une fois le plus grand chasseur d’ours du grand nord. Il ne rate jamais un seul ours. Sauf qu’une fois (il était presque aveugle) il a oublié ses lunettes et il est parti à la chasse avec son parapluie. Lorsque soudain approcha un ours… il tira avec son parapluie et hop ! l’ours est tombé à terre.
    – C’est impossible ! Quelqu’un à du tirer à sa place.
    – C’est ce que j’essaie de vous expliquer. « 

    Aimé par 4 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s