L’homme qui bêle

Publié le Mis à jour le

montage-julien-clerc.

Tulpius, médecin hollandais, donne l’histoire d’un adulte trouvé dans un désert d’Irlande, vivant au milieu d’un troupeau de moutons à demi-sauvages.

Sa peau très brune était couverte de poils laineux. Sa bouche, extraordinairement fendue, ne savait articuler aucune parole humaine; mais elle laissait sortir, de temps à autre, un cri chevrotant, semblable au bêlement des brebis. Son front, très bas et déprimé, offrait, à son sommet, un renflement comme chez les béliers. Il se servait de sa tête pour l’attaque et la défense avec une vigueur extraordinaire. Ce jeune garçon avait perdu toute idée d’origine et d’individualité. Il se croyait probablement mouton comme ceux, avec lesquels il vivait : il broutait comme eux et n’avait pas d’autre nourriture. On le vit un jour, impatienté de ce qu’une jument venait lui tondre l’herbe sous le nez, lui lancer un coup de tête et la renverser.

La taille de ce sauvage était haute et svelte. Sa physionomie douce, mais stupide, tenait beaucoup de celle du bélier. Conduit à Amsterdam vers la fin du dix-huitième siècle, on essaya vainement de l’apprivoiser, mais il revenait toujours à ses anciennes habitudes, et cherchait à s’évader chaque fois qu’il en trouvait l’occasion.

Auguste Debay. « Histoire des métamorphoses humaines, des monstruosités et de tous les phénomènes curieux et bizarres qu’offre la vie de l’homme depuis la naissance jusqu’à la mort. » Moquet, Paris, 1846.
Illustration : photo honteusement truquée.

Publicités

17 réflexions au sujet de « L’homme qui bêle »

    bonheuretamour a dit:
    juin 29, 2016 à 11:47

    Mdr ; la photo de Julien Clerc est TELLEMENT adaptée au titre de l’article 😉 !

    Aimé par 4 people

    isoptech a dit:
    juin 29, 2016 à 11:52

    bééééééé mdr

    Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    juin 29, 2016 à 12:15

    Je connais une dame de presque 80 ans qui est incapable de sortir une phrase sans la commencer par « bèèè »…

    Aimé par 1 personne

    nuage1962 a dit:
    juin 29, 2016 à 12:23

    c’est quand même curieux ..

    Aimé par 1 personne

    lamouetterieuse a dit:
    juin 29, 2016 à 2:50

    C’est la faute à Rousseau ! 😀

    Aimé par 1 personne

    Anonyme a dit:
    juin 30, 2016 à 1:25

    Cette histoire de bélier est la mienne….d’autant, que je suis de ce signe -2ième décan-
    = très frondeur
    = Sans peur
    & indomptable !
    😀

    J'aime

    Anonyme a dit:
    juin 30, 2016 à 1:46

    Dans le mille > je suis du bélier -2ième décan
    = frondeur
    = sans peur & sans reproche
    = indomptable
    > seul problème= pas très sociable !
    Ben oui, c’est comme ça.. Mais très sentimental avec la tête dans la laine
    et puis, je m’en fout, après tout
    😀

    J'aime

    Un petit blog avisé?? a dit:
    juin 30, 2016 à 7:34

    C’est pô gentil d’avoir mis la tête de Julien 😦 d’abord il ne bêlait pô il avait un fort vibrato qui….chevrotait un ‘ti peu 😉 😀

    Aimé par 2 people

    juliette a dit:
    juillet 2, 2016 à 9:27

    moi j’aimais bien Julien le chevrotant, Gavroche mauvaise langue !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s