Le faux humoriste

Publié le

Jules-Chéret

Tendrement bébête, il porte des pantalons à la hussarde, des vestes-vareuses ou des redingotes 1830, des hauts-de-forme à bords plats et des cravates bouffantes, négligemment nouées autour d’un col rabattu. Il manie d’une main fière une canne grosse, grande, belliqueuse, dont le fer résonne sur le pavé, et naturellement il habite Montmartre, tout en haut de la butte sacrée, parmi les chansonniers, ces faux poètereaux, et les m’as-tu-vu des petits cafés-concerts, ces faux cabotins.

Comme jadis cette colline fut un royaume d’esprit, il s’imagine qu’il a hérité des qualités qui jadis triomphèrent rue Victor-Masse. Il possède la douce et vaniteuse innocence des imbéciles et des ignorants. Il me rappelle les marmots qui singent les soldats, en brandissant des sabres de bois et en battant la charge sur des casseroles d’étain, ou les fades employés de nouveautés qui, le dimanche, s’ingénient à imiter les p’tits jeunes gens cossus des restaurants de nuit.

Parce qu’il écrit des dialogues entre habitués de manille, ou des colloques de concierges, ou des monologues de poivrots, et représente sur des scènes éphémères des actes pitoyables, il se croit du talent. Si on le poussait, il parlerait de son étoile, et avouerait, avec un air modeste, qu’il est presque génial et que Molière lui semble un fort insigninant monsieur. Il proclame qu’il possède, au plus haut point, le don d’observation, que nul ridicule ne lui échappe, et qu’il note toutes les risibles manies de ses contemporains en traits d’une, flagrante vérité. Il en est tellement convaincu qu’il mettra un jour sur sa carte de visite : X. humoriste, officier d’académie. Il a parfaitement oublié qu’il plagie à chaque minute,pour vivre, G. Courteline, A. Allais, T. Bernard, et qu’il réédite, sans payer le moindre droit de reproduction, les innombrables calembours que M. Willy a généreusement gaspillés aux quatre coins de la France.

Comment s’appelle.t-il ? Vraiment, lui et ses semblables, qui sont légion, ne valent pas qu’on les cite. Ce serait une inutile réclame. J’en connais dont le nom commence par la dix septième lettre de l’alphabet. Je pense devoir m’en tenir là; on peut leur graver à tous, en étiquette, sur le front, cette initiale.

Paul Acker.  » Humour et humoristes. »  Paris, 1899.
Illustration : Jules Chéret.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le faux humoriste »

    jmcideas a dit:
    juillet 13, 2016 à 10:53

    Eh bien, figurez-vous que je viens d’en rencontrer un:
    Il avait revêtu la tenue des vieux grognards et son pamphlet humoristique se résumait à l’attitude de l’ouvrier revenant de son champ de patates:
    Du genre, en épilogue: On dîne quoi ce soir ?
    et sa femme de répondre: des patates

    >Exclamation de rire de toute la salle

    OK, je sais, ça vaut même pas le coup ‘qu’on les bute’ -les patates – (expression qui est de travailler la terre à leur pied) -mais pour la chute, a renvoyé mon humoriste au titre de patate!
    .

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s