La vaillante petite boulangère d’Exoudun

Publié le

Madeleine-Daniau

En 1915, une revue mensuelle Le Clairon français  qui se voulait littéraire, patriotique et artistique (imprimée à Niort), titrait l’un de ses articles « La vaillante boulangère »… « Qui n’a entendu parler dans le département des Deux-Sèvres de la petite boulangère d’Exoudun dont la presse parisienne a même signalé l’héroïsme ».

Il s’agissait de Madeleine Daniau.

A l’époque, elle n’a que quinze ans. Son père qui est l’unique boulanger du village part pour la guerre. Alors Madeleine prépare le levain, se lève chaque matin avant le chant du coq, chauffe le four… Elle fait deux ou trois fournées par jour, soit une moyenne de 160 pains, plus de 400 kilos. Chapeau bas, fillette !

Le Préfet des Deux-Sèvres qui avait un nom à charnière, M. Rang des Adrets avertit le Président de la République. Celui-ci fait écrire par son secrétaire général civil deux lettres de félicitations. Le Préfet devait se rendre à Exoudun pour les remettre à Madeleine Daniau. Raymond Poincaré avait joint deux petits bijoux !

Parmi les commentaires du Clairon français, puisons ces lignes :

Voilà le fait.

N’est-il pas tout à l’honneur de cette fillette chez qui le sentiment du devoir s’est lié au courage, digne d’une héroïne.

Le cœur féminin est plein de ces traits-là; que les événements s’offrent à leur développement et vous assistez à leur éclosion, étonné souvent de voir se révéler de nobles énergies sous des apparences en contradiction.

Ce sont de pareils faits qui, dans le domaine moral, sont actuellement réconfortants, et témoignent d’une race.

A noter que la revue illustrait l’article d’une belle photo. Celle de M. Rang des Adrets !

Madeleine Daniau est-elle encore en vie ? Et se souvient-on d’elle à Exoudun ?…

Marjan. « Aguiaine : revue de recherches ethnographiques. » Société d’ethnologie et de folklore du Centre-Ouest. Saint-Jean-d’Angély, 1979.
Illustration : Madeleine  et son frère André.

Publicités

5 réflexions au sujet de « La vaillante petite boulangère d’Exoudun »

    francefougere a dit:
    juillet 16, 2016 à 6:54

    Comme la fille de Lionel Poilâne, mais encore mieux – car la jeune boulangère a vraiment mis la main à la pâte !
    ( quand les parents Poilâne sont morts dans un accident d’hélicoptère près de Cancale, leur fille a repris leur boulangerie en mains et elle était toute jeune… Apollonia, je crois )

    amitiés – bon dimanche, Gavroche

    Aimé par 2 people

      gavroche a répondu:
      juillet 16, 2016 à 7:14

      Merci France (je ne connaissais pas l’histoire de la fille de Lionel Poilâne).

      Belle soirée 🙂

      J'aime

        francefougere a dit:
        juillet 16, 2016 à 7:34

        elle faisait des études aux USA et a mis ses mains dans la farine. Je crois qu’elle aimait cela, petite fille.

        Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    juillet 17, 2016 à 10:15

    Une belle leçon de courage et de loyauté comme je les aime, merci Gavroche !
    Très bon et ensoleillé dimanche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s