Une horloge qui parle

coq

Depuis l’invention de l’horlogerie le nombre a été grand des patients et doux toqués qui ont consacré là plus grande partie de leur existence à la construction de machines compliquées dans lesquelles l’indication de l’heure n’est plus que le prétexte à une véritable débauche de mécanique.

Cette bien  innocente manie sévit encore sur quelques cerveaux contemporains. Tout récemment plusieurs de nos confrères célébraient dans leurs colonnes une horloge due à un spécialiste varsovien et qui, à chaque demi-heure, donne la représentation exacte d’une gare de chemin de fer au moment du départ d’un train. Les horlogers suisses  (noblesse oblige) n’on pas voulu demeurer en reste d’imagination avec leur confrère varsovien. Voici qu’on nous apprend aujourd’hui qu’une des célébrités du Locle met la dernière main à une horloge-parlante.

Grâce au phonographe cela ne pouvait manquer.

L’horloge en question est conçue de façon à recevoir et à répéter, au moment choisi, les instructions verbales qu’il plaira à son propriétaire de lui confier. Ainsi ceux qui ont le réveil difficile pourront se faire rappeler d’une voix tonitruante par leur pendule qu’ils ont un rendez-vous important à une heure matinale. Cela remplacera très avantageusement un valet de chambre et les occasions où l’horloge-parlante pourra trouver une utile application seront nombreuses.

« La Joie de la maison : journal hebdomadaire. »  Paris, 1892.

 

Publicités

4 réflexions sur “Une horloge qui parle

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s