Jamais pressé

lausanne-place-madeleine

Quand que ce soit, où que ce soit, le peuple vaudois n’est jamais pressé. L’aisance relative à laquelle il est habitué le rend sûr de lui-même, il pense toujours : « Guérir vaut mieux que prévenir ». Quand quelqu’un sera tombé dans la rivière, on réparera le pont.

Le diable ne s’est jamais aventuré à se mettre aux trousses d’un Vaudois, car il a compris qu’il y perdrait son temps. Si, dans les rues de la capitale, quelqu’un marche un peu vite, tout le monde le regarde comme un animal préhistorique.

Conséquences : Chacun a déjà manqué son train, à part celui d’Echallens qui rate plutôt les passagers.

« Conteur Vaudois. Journal de la Suisse romande. » Lausanne, 1934.
Illustration : Lausanne, Place de la Madeleine.

 

Publicités

5 réflexions sur “Jamais pressé

  1. Attention:  » Le fait de n’être jamais pressé n’empêche nullement le temps de s’écouler  »
    [c’est ainsi qu’on peut être à la retraite à 20 ans, et qu’il faudra faudra rattraper le temps perdu à 60]
    😀

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s