La chanceuse

alexandre-dumas-fils

Alexandre Dumas fils est plein de superstitions, comme tous les gens d’esprit. Il croit aux dates, aux anniversaires, au bon et au mauvais œil, à tous les fétiches de l’existence. Un jour j’entre chez lui et je ne trouve que sa domestique qui donnait les signes de la plus vive douleur.

Qu’avez-vous donc, Louise ?
— Ah ! Monsieur, nous sommes dans de beaux draps, nous avons perdu la chanceuse.
— Comment ! la chanceuse est perdue ?
— Perdue.
— Elle n’est peut-être qu’égarée.
— Dieu vous entende.

Deux jours après je vis le brillant auteur de la Dame aux Camélias, du Demi-Monde, de Diane de Lys et de la Question d’Argent, il était rayonnant.

Vous savez, me dit-il, que la chanceuse est retrouvée.
Je vous en fais bien mon compliment
Vous ne savez peut-être pas ce que c’est que la chanceuse ? C’est une pièce de vingt francs à l’effigie du roi Charles-Albert, Carolus-Albertus. Cette pièce est trouée par le milieu.

Dumas fils a remarqué que depuis trois ans qu’il a cette pièce de vingt francs en sa possession, tout lui a réussi. On ne saura jamais toutes les émotions que lui a fait éprouver cette monnaie sarde. Il ne croit à sa vertu qu’autant qu’il ne la serre pas dans un tiroir comme une pièce de monnaie ordinaire, mais qu’il la laisse traîner indifféremment sur tous les meubles de son salon, de sa chambre à coucher ou de son cabinet de travail. De sorte que cette pièce de vingt francs, livrée à elle-même, s’égare quelquefois.

Alors ce sont des recherches à n’en plus finir.

On dérange tous les meubles, on fouille sous le lit, on regarde sous les fauteuils, Louise met tout sans dessus dessous, jusqu’à ce qu’elle ait retrouvé la chanceuse

Me donne-t-elle du mal, cette gueuse de pièce ? disait-elle un jour. Mais, dame, si Monsieur la perdait, il n’aurait peut-être plus de bonheur ?

« Le Chroniqueur de la semaine : critique, salons, théâtres, coulisses… »  Paris, 1856.

 

 

 

Publicités

8 réflexions sur “La chanceuse

  1. Chez moi aussi, quand je laisse traîner des sous sur un meuble, bizarrement, ça arrive que, par on ne sait quel miracle, il (le billet) ou elle (la pièce) disparaissent… Curieux, n’est-ce pas ?
    JENNYYYYY ! ! ! Avec quoi as-tu acheté ton nouveau pot de maquillage, hier ??? 😆

    Aimé par 1 personne

  2. Voila bien une petite chose, mais si elle a permis de faire avancer dans un heureux destin Mr Dumas fils elle a un grand mérite. Comme quoi, il ne faut pas grand chose pour rendre heureux ! 😉
    Bonne journée Gavroche !
    🙂

    J'aime

  3. La même pièce percée d’un trou -c’est à penser que la balle l’a transpercée au beau milieu……………………..au lieu de se planter dans la tête du voisin!

    Le chanceux!

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s