Les charmes du flageolet

jan-mostaert

Garcilaso de la Vega, dans son Histoire de la conquête de la Floride, raconte que les Indiens, passionnés pour la musique, étaient assez naïfs pour s’imaginer que les Espagnols se laisseraient vaincre par les charmes de l’harmonie.

Hernandez de Soto avait fait prisonnier le roi de Caliquine, qui parvint à s’échapper. Repris à l’aide d’un chien, il fut ramené dans sa prison. Ses sujets, pour obtenir sa délivrance, s’approchèrent des Espagnols en jouant sur leurs flageolets un air triste et touchant.

Le peu d’effet de cette tentative les porta à faire usage de leurs flèches.

« Hier, aujourd’hui, demain. Gazette historique. » Paris, 1923.
Illustration : Jan Mostaert.

Publicités

3 réflexions sur “Les charmes du flageolet

  1. Pourtant le flageolet utilisé à bon escient ouvre le champ des pétarades, de quoi faire trembler les floridiens de Tallahassee un jour de « Pâques fleuries ».

    (La Floride (en anglais Florida) doit son nom au conquistador Juan Ponce de León, qui découvre la région au moment du dimanche des Rameaux, en avril 1513. Cette fête est alors connue en France sous le nom de « Pâques fleuries » et en Espagne sous le nom de Pascua florida) Wikipédia

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s