Esprit d’autrefois

talleyrand

Talleyrand, paraît-il, n’aimait pas à écrire et, quand il ne pouvait se dispenser de répondre à une lettre, il le faisait en style télégraphique. On vient de vendre de lui deux autographes adressés à une dame veuve, puis remariée.

A la nouvelle de la mort du mari, il écrivit :

« Chère, madame. — Hélas ! — Votre dévoué. »

Lorsque la veuve consolée lui fit part de son second mariage, il répondit :

« Chère madame. — Bravo ! — Votre dévoué. »

« Chantecler : littéraire, satirique, humoristique. »  Hanoï, 1932.

Publicités

7 réflexions sur “Esprit d’autrefois

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s