Une invitation à dîner de Voltaire

jean-huber-diner

Voltaire avait souvent d’originales façons d’inviter à dîner. Le 4 juillet 1772, il convia deux Anglais, Richard Neville et ,son fils, amis de Tronchin, qui se trouvaient à Genève et qui avaient l’ambition ,d’être reçus à Ferney, par ce billet :

Messieurs, je suis bien malade, mais cela ne fait rien. Venez tous deux ce soir, sans cérémonie. Si je suis mort, Mme Denis vous donnera à souper. Si je suis en vie, nous boirons ensemble.

Voltaire.

Les deux Anglais ne laissèrent pas d’être surpris. Ils arrivèrent, un peu inquiets, mais leur inquiétude se dissipa vite, car tout moribond qu’il prétendit être, Voltaire n’avait jamais été d’humeur plus enjouée.

II parla abondamment de ses maux, cependant, mais il en parla avec une vivacité extrême, et sans qu’il parût, dans l’instant, en être le moins du monde incommodé. Mme Fleurian, qui était parmi les convives, avertit Richard Neville que le châtelain de Ferney commençait toujours par se plaindre, afin d’avoir un prétexte pour se retirer si la compagnie venait à l’ennuyer.

Il ne se retira point, ce dont les Anglais furent flattés. Ils se mirent en frais de coquetterie pour lui plaire. A un moment donné, ils citèrent quelques-uns de ses vers, que Voltaire ne se rappela point, ou feignit de ne point se rappeler, et quand on lui eut dit qu’ils étaient de lui, il répliqua avec une apparente indifférence: 

 Je ne relis que les vers des autres.
— Ma foi, dit galamment Richard Neville, les autres vous le rendent bien.

On lui fit compliment sur la vue excellente qu’il avait conservée, malgré ses soixante-dix-neuf ans.

Peuh ! soupirait-il, qu’importe que les fenêtres soient encore bonnes, quand les murailles tombent !

Mais il n’en soutint pas moins la conversation jusqu’à minuit, et il accompagna ses hôtes, rejoignant leur voiture, à travers les jardins.

Ce billet de Voltaire revient d’Angleterre, où il fut solennellement conservé, au château d’Andley-End, par les descendants de Richard Neville. pour qui ce dîner chez le « patriarche » avait été un grand souvenir…

« Touche à tout : magazine des magazines. »  Paris, 1909.
Peinture de Jean Huber.

Publicités

2 réflexions sur “Une invitation à dîner de Voltaire

  1. Ne pas hésitez à faire part d’un dîner réussi:
    > Le mets du soir devait-être une raclette savoyarde -L’appareil, tout neuf, fut posé sur la table -avec une grande fierté- chacun avait déjà préparé sa tartine-et l’on mis en chauffe > Plouff: les plombs ont sauté, à la deuxième tentative -c’est l’appareil qui a explosé dans un épaisse fumée noire >
    Pour moi, je trouvai la raclette aussi bonne froide que chaude !
    (mor: Un dîner est toujours réussi si les convives ont réellement faim)

    Aimé par 1 personne

  2. Je peux vous faire part d’un autre dîner:
    > La plupart des convives étaient déjà rassemblés autour de la table -Mais, il fallait bien attendre, par une grande convenance, que le Président de la soirée soit présent pour commencer le repas…Les amuse-gueule et le wisky allaient bon train-1 heure plus tard, on vit arriver le personnage…ouff, enfin!
    Et la cuisinière se précipita à ouvrir le four > La volaille ne ressemblait plus qu’à un tas de charbon!
    (mor: Un retard qui illustre bien une condescendance inutile)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s