Nécropole zoologique

Publié le

cimetiere-animaux-asnieres

La Nécropole zoologique (cimetière pour chiens et autres animaux domestiques) est située à la porte de Paris, dans l’ancienne Ile des Ravageurs, à Asnières. Elle comporte un quartier pour les chiens, un autre pour les chats, un troisième pour les oiseaux, un quatrième pour les animaux divers.

Un de nos confrères a dit avec raison : « L’aménagement de la nécropole zoologique est une merveille d’installation et de bon goût. On est à se demander si la baguette d’une fée ne l’a pas tracé et voulu. » Un monument commémoratif représente Barry, du Grand Saint-Bernard, dans son plus émouvant sauvetage et dans le cadre où il vécut. Sur le socle est gravée cette épitaphe :

« Il sauva la vie à 40 personnes… il fut tué par la 41 ème… »

Ce célèbre chien sauveteur trouva un jour dans une grotte de glace une enfant égarée, à moitié gelée et engourdie déjà par ce sommeil qui amène la mort. Il se mit à la lécher, à la réchauffer jusqu’à ce qu’il l’eût éveillée. puis, par des caresses et des mimiques, comme celle de courber l’échine, il sut lui faire comprendre qu’elle devait se mettre sur son dos et s’attacher à son cou. Il entra en triomphe dans la maison hospitalière des moines du mont Saint-Bernard avec son précieux fardeau.

« Il fut tué par la 41 ème… » Voici comment :

Un soir, par un temps orageux, au milieu des brouillards, un voyageur voit s’élancer à sa rencontre un animal de haute taille, la gueule béante; il se croit en danger et frappe vigoureusement de son bâton ferré la pauvre bête qui tombe à ses pieds en gémissant. C’était Barry qu’il avait blessé à la tête et qui ne tarda pas à mourir. A ce moment, les cimetières de chiens n’existaient pas. Le corps de Barry fut conservé dans le musée de Berne.

C’est à M. Georges Harmois, le distingué publiciste, directeur de L’Ami des Chiens, organe de défense et de protection des animaux, qu’est due la création de la Nécropole zoologique dont le but se recommande tout autant du sentiment que de l’hygiène.

Hector Couderchon. « L’Écho des jeunes : journal littéraire. » Paris/Asnières, 1903

4 réflexions au sujet de « Nécropole zoologique »

    La petite revue de Claire a dit:
    novembre 12, 2016 à 5:57

    Eh ben

    Aimé par 1 personne

    Le coup du zouave – Alternatives Pyrénées a dit:
    novembre 18, 2016 à 5:27

    […] précipiter vers le lit quand je me souvins que j’avais complètement oublié que Barry, mon saint Bernard, dormait dans le lit, planqué sous la couette. De plus, je constatai avec effroi qu’il avait […]

    J'aime

    Maître Renard a dit:
    novembre 19, 2016 à 9:22

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.