Malencontreuse coïncidence

Publié le Mis à jour le

dormeur

C’était à la séance solennelle d’inauguration du Congrès de police judiciaire internationale, organisé par S. A. S. le prince de Monaco, sous la présidence du doyen de la Faculté de droit de Paris, le vénérable M. Larnaude.

Le discours d’ouverture et de bienvenue était prononcé par le ministre d’Etat, (M. Flach) et les phrases sonores retentissaient à plaisir dans la majestueuse salle du musée océanographique. Il se termina sur ces mots :

Et soyez assurés, Messieurs, que le Prince ne sera pas le témoin le moins éveillé de vos travaux !

Alors tous les yeux se tournèrent vers le magnifique fauteuil de velours rouge où trônait Son Altesse Sérénissime. Elle dormait !…

Et cette anecdote n’est ni un racontar ni un on-dit : elle est rigoureusement authentique.

« Le Carnet de la semaine. »  Paris, 1917.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Malencontreuse coïncidence »

    Gilles Labruyère a dit:
    novembre 30, 2016 à 4:24

    Une question par curiosité, Hervé : Comment trouvez-vous tous ces articles, et pas tout jeunes ? La bibliothèque voisine regorge-t-elle de vieux journaux ? Vous avez hérité de plusieurs malles de vieux papiers ? Je suis complètement époustouflé !

    J'aime

    La petite revue de Claire a dit:
    novembre 30, 2016 à 7:07

    C’est le prince Albert Ier?

    J'aime

      Gavroche a répondu:
      novembre 30, 2016 à 7:45

      Vu l’année de publication du journal, je suppose que oui… 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s