Temps sourcilleux

bob-hope-roy-rangers

Un habitant de l’Ohio avait coutume de se servir d’un étrange baromètre. Nous l’indiquons, sans en garantir la justesse mathématique.

Il s’agit de John W. Barrack, de Tiffin qui se prétendait capable de prédire le temps vingt-quatre heures à l’avance au moyen de ses sourcils.

S’il doit pleuvoir, affirmait-il, la pointe des sourcils se tourne en haut, et s’il doit faire sec, en bas.

« Ma revue. »  Paris, 1907.

Publicités

3 réflexions sur “Temps sourcilleux

  1. Sourcipitaphe:
    J’ai quand même une sourcipition sur le procédé
    ……….
    Je m’en remets, moi-même, à la bonne vieille pomme de sapin, qui relève ses écailles, au beau temps à venir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s