Le vainqueur de Tombouctou

rene-caillie

Le centenaire de l’explorateur René Caillié qui fut l’héroïque pionnier du Soudan français et qui en mourut prématurément le 17 mai 1838, mérite un hommage et un souvenir.

Rien n’est plus bizarre, plus extraordinaire que l’ardente passion, la toquade opiniâtre qui poussa irrésistiblement vers la brousse africaine ce petit campagnard des Deux-Sèvres, né à Mauzé le 19 novembre 1799 et fils d’un humble boulanger. Il n’avait aucune raison de ne pas couler une existence obscure et paisible à l’ombre de son clocher natal. Mais, à l’âge de seize ans, ayant lu Robinson Crusoé, la fièvre des aventures s’empare de lui. Dans la douce campagne niortaise, il entend l’appel mystérieux de l’Afrique, comme Jeanne d’Arc a entendu ses voix dans le verger de Domrémy. Il va à Rochefort et s’embarque pour le Sénégal à bord de la gabarre La Loire.

De Saint-Louis, il traversa jusqu’à Bakel les déserts de Sénégambie à la suite de l’expédition du major Gray. Mais ce n’est que huit ans plus tard qu’il entreprit de réaliser pour son propre compte le grand rêve ambitieux qui l’obsédait : pénétrer seul dans Tombouctou, la capitale du Niger, dont jamais un explorateur blanc n’avait pu jusqu’ici divulguer le secret inviolé. On n’avait d’elle aucune description, aucun renseignement précis…

Caillié devait être le premier Européen qui réussit non pas à atteindre la villerene-caillie inconnue  (le voyageur génois Antonino Malfanti l’avait, dit-on, visitée dès l’an 1447, et un matelot des Sables d’Olonne y avait séjourné comme esclave des Maures vers 1630) mais à en revenir vivant. En 1826, un officier anglais, Gordon Laing, l’avait vue et avait été massacré au retour. Caillié, après avoir passé un an dans une tribu maure pour apprendre la langue et les manières arabes, se déguisa en colporteur indigène et, sous le nom d’Abdallahi, se joignit, le 14 avril 1827, à une caravane de Mandingues qui, de Kakundy, partait vers le Niger. Terrassé par la fièvre, le scorbut et une plaie au pied qui l’obligèrent à s’arrêter pendant cinq mois à Timé où une bonne vieille femme le soigna charitablement et le guérit, il mit une année pour arriver enfin à Tombouctou le 13 avril 1828.

Là, pendant ses trois semaines de séjour, il prit discrètement des notes et amassa de nombreux documents qui furent publiés plus tard. Ils lui valurent la croix de la Légion d’honneur, une pension du gouvernement et le grand prix de 10.000 francs offert par la Société de géographie à qui rapporterait le premier la description authentique de Tombouctou.

Caillié, reparti de cette ville le 4 mai, traversa le Maroc à pied avec des nomades qui le traitaient comme un chien. Mais il était joyeux, il riait dans sa barbe hirsute : il avait vaincu Tombouctou, c’était le couronnement de sa chimère, le triomphe de sa vie !… Epuisé de fatigue et de privations, vêtu de guenilles, passant pour un derviche mendiant, il parvint, le 7 septembre, au consulat de France à Tanger, où il put se laver et mettre une chemise propre… joies presque oubliées qu’il n’avait pas goûtées depuis trois ans.

La France fêta le retour de ce héros. Mais l’année suivante que devint-il ? On ne lui avait sans doute pas versé les récompenses promises… et il était gratte-papier à soixante francs par mois, dans un ministère !

« Ric et Rac : grand hebdomadaire pour tous. »  1938.

Publicités

6 réflexions sur “Le vainqueur de Tombouctou

  1. Ici, de Gavroche, tu mets a l’honneur, un illustre inconnu
    A retenir aussi le matelot des Sables d’Olonnes qui sans doute, fut à bord de la gabarre « La Loire. »

    Bien, un parcours de vagabond qui fut quelque peu celui des ’68-tards’

    Pour mon périple, en sac à dos, je réclame la croix d’Honneur

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s