Honneur et charcuterie

guillaume-tell

L…, un des premiers chanteurs de l’opéra et fils d’un charcutier, avait la vanité de se poser comme descendant d’une grande famille.

Un jour qu’il allait en habit à la française, l’épée au côté, chanter à la chapelle aux Tuileries, il s’adressa ainsi à Plantade qui ne laissait jamais passer l’occasion de lui lancer une plaisanterie :

Mon cher, je ne puis me voir ainsi une épée au côté, sans me rappeler la grâce avec laquelle mon père la portait et l’adresse avec laquelle il s’en servait. Un jour, quelqu’un l’ayant insulté, mon père en un instant l’étendit à ses pieds ! 

Mais, mon cher ami, lui répondit son interlocuteur avec le plus grand sang-froid, c’était donc un cochon qui avait insulté ton père ?

« La Gastronomie : revue de l’art culinaire ancien et moderne. »  Paris, 1840.79225339
Image d’illustration : « Guillaume tell ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s