Une moitié d’homme

josias-rantzau

Ce qu’il y a de plus remarquable dans la vie toute pleine de batailles de Josias, comte de Rantzau, maréchal de France, c’est qu’il fut tué pour ainsi dire en détail.

Josias était plus d’à moitié mort depuis longtemps, lorsqu’il mourut tout-à-fait le 4 septembre 1650.

« A ce grand capitaine, dit Bautru, il ne restait plus qu’un de tout ce dont les autres hommes peuvent (ou plutôt doivent) avoir deux. »

Ainsi, il avait laissé un œil à Dôle, une jambe à Arras, un bras à Aire, une oreille à Dixmude. trollface

« Journal des faits anciens. »  Paris, 1833.

Publicités

4 réflexions sur “Une moitié d’homme

    1. Oui mais il lui reste les 2 oreilles ! Il n’était pas encore passé par Dixmude 😀 … Comme c’est pas tellement loin de chez moi, je vais aller demander au bureau des « objets trouvés » la chose … Sait-on jamais ! Bonnes fêtes de fin d’année à tous et toutes

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s