Une bonne soupe au foin

repine-nordman

Ilya Efimovitch Répine (à vos souhaits), célèbre peintre russe, vit à la campagne, près de la station de Kuokkala (aujourd’hui Répino). Dans cette intimité avec la nature, il est revenu aux mœurs alimentaires de nos premiers parents.

Il s’en trouve si bien qu’il voudrait convertir tout le monde à son régime. On en parle beaucoup à Pétersbourg, où il exerce en ce moment un véritable apostolat. Selon M. Répine, tout le secret d’une robuste santé consiste à se nourrir exclusivement de chou, d’herbes et de soupe aux herbes. On peut même, en été, ruminer du foin frais. L’artiste et sa famille ne mangent pas autre chose depuis plusieurs années que de la soupe au foin, du chou et du pain mêlé d’herbe. Toute sa maison s’en déclare, comme lui, extrêmement satisfaite. Ses invités le sont moins.

Avec l’enthousiasme tyrannique qui distingue les apôtres, Ilya Répine n’admet point à sa table d’autre cuisine que la sienne. Il faut que ses hôtes s’en accommodent. Tant pis pour eux si leurs préjugés de carnivores rendent leur estomac réfractaire à ces menus ultra-végétariens.

« La Chronique médicale. » n°18, Paris, 1911.
Illustration : autoportrait d’Ilya Répine avec Natalia Nordman. 1903.

Advertisements

14 réflexions sur “Une bonne soupe au foin

  1. Moi, j’ai la soupe aux orties…mais uniquement pour me dissiper d’un putain de mal de gorge !
    Toutes les soupes ont un bel avenir, à condition de ne pas figurer au menu de la ‘Tour d’Argent’
    Dixit: le menu des pauvres « swap, swap, swap… »

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s